NOUVELLES

Syrie: ultimatum des rebelles qui menacent de tuer leurs otages iraniens

05/10/2012 01:59 EDT | Actualisé 05/12/2012 05:12 EST

Les rebelles vont tuer des dizaines d'otages iraniens enlevés en Syrie depuis début août si l'armée ne se retire pas de la zone de Ghouta orientale, dans la banlieue ouest de Damas, a menacé un commandant rebelle vendredi.

C'est la deuxième fois que les rebelles menacent de tuer leurs otages iraniens.

"Nous avons donné au régime 48 heures à compter d'hier (jeudi) pour se retirer totalement de la région de Ghouta orientale", a affirmé à l'AFP via internet ce commandant du Conseil militaire révolutionnaire à Damas et sa province se présentant sous le nom d'Aboul Wafa.

"Nous avons également d'autres exigences militaires secrètes (...) si le régime n'y répond pas, nous commencerons alors à tuer les otages", a-t-il ajouté.

Le 5 août, les rebelles avaient diffusé sur internet une vidéo montrant des ressortissants iraniens enlevés à Damas, les accusant d'être membres des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien.

L'Iran avait alors affirmé qu'il s'agissait de pèlerins enlevés près de Damas sur la route de l'aéroport et demandait la libération des 48 otages.

"Nous sommes sûrs qu'il s'agit de conseillers iraniens du régime" du président syrien Bachar al-Assad, a dit Aboul Wafa vendredi, après que les rebelles eurent diffusé une vidéo sur YouTube jeudi montrant une trentaine d'otages adossés à un mur recouvert du drapeau de la révolution syrienne.

"Nous avons ouvert la porte des négociations pour la libération des prisonniers iraniens en échange de celle de nos prisonniers détenus dans les geôles du régime syrien", affirme sur la vidéo un rebelle non identifié.

"Ces négociations ont échoué à cause de l'inaction des régimes iranien et syrien", ajoute-t-il, prévenant que dès l'expiration de l'ultimatum samedi, "nous exécuterons un prisonnier iranien pour chaque martyr qui tombe".

De violents combats opposent depuis des mois les rebelles à l'armée dans la zone de Ghouta orientale, où les insurgés ont abattu vendredi un hélicoptère de l'armée, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

ser/feb/vl

PLUS:afp