INTERNATIONAL

Un mammouth de plusieurs milliers d'années découvert en Sibérie

05/10/2012 02:56 EDT | Actualisé 05/12/2012 05:12 EST
AFP

MOSCOU - Un jeune mammouth laineux qui parcourait la toundra sibérienne a peut-être été tué il y a plusieurs dizaines de milliers d'années par un homme de cette période glaciaire, a annoncé vendredi un scientifique russe.

Le professeur Alexeï Tikhonov, de l'Institut de zoologie de Saint-Pétersbourg, a annoncé la découverte, à la fin du mois de septembre, d'un mammouth âgé d'environ 16 ans dans le permafrost de Sibérie, près de la pointe de Sopochnaya Karga, à 3500 kilomètres au nord-est de Moscou. La carcasse mesure deux mètres de haut et pèse 500 kilos.

Le mammouth a été baptisé Jenya, d'après le prénom du garçon russe de 11 ans qui a repéré l'un des os du mammouth qui dépassait de la terre gelée.

«Le mammouth était plutôt petit pour son âge», a précisé le professeur Tikhonov. L'animal avait une défense gauche manquante qui le rendait plus vulnérable dans les combats avec ses semblables ou contre les chasseurs qui habitaient ces régions de Sibérie il y a 20 000 à 30 000 ans, a expliqué le scientifique russe.

Une fente visible sur la défense restante du mammouth pourrait être le fait d'un coup porté par l'homme, a-t-il ajouté.

L'examen du corps de Jenya a déjà confirmé que les grosses bosses sur les mammouths dessinés par les hommes préhistoriques et visibles encore aujourd'hui dans les grottes de France ou d'Espagne n'étaient pas des excroissances osseuses, mais de grosses poches de graisse qui aidaient les mammouths à réguler leur température corporelle et à supporter des hivers très rigoureux, a expliqué Alexeï Tikhonov.

La bosse de Jenya était relativement grosse, ce qui signifie qu'il serait mort pendant un court été arctique, a-t-il précisé.

Les mammouths laineux ont disparu il y a environ 10 000 ans, sans doute à cause des changements climatiques et de la chasse par l'homme. La majorité des carcasses ont été découvertes dans le permafrost sibérien. Jenya est le spécimen le mieux conservé depuis la découverte d'un mammouth géant en 1901 près de la rivière Beryozovka, dans la région de Yakutie, estime le professeur Tikhonov.

Le chercheur de Saint-Pétersbourg a cependant précisé qu'il n'y avait presque aucune chance de récupérer l'ADN de ce mammouth.

Chaque découverte d'un mammouth bien conservé dans le permafrost ravive les espoirs de ceux qui projettent de récupérer de l'ADN de mammouth pour pouvoir un jour cloner le mastodonte. De l'ADN fossile a déjà été obtenu et séquencé. Mais pour mener à bien une délicate opération de clonage, il faudrait retrouver des cellules encore vivantes contenant cet ADN. Jusqu'à présent, aucun mammouth congelé n'a livré un tel trésor.