NOUVELLES

Le virus du SRAS confiné à certains laboratoires aux États-Unis

05/10/2012 04:00 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

TORONTO - Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies américains ont ajouté le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) à la liste des maladies à haut risque pour s'assurer que le virus demeure confiné à des laboratoires étroitement surveillés.

L'épidémie de SRAS qu'avait connue la planète en 2003 avait frappé 8422 personnes et 916 d'entre elles en étaient décédées, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMO). Le mal s'était répandu dans 32 pays et le Canada avait été fortement frappé avec 375 cas probables et 44 décès déclarés, à Toronto pour la plupart.

Au cours des dix derniers jours, une résurgence de la maladie a été constatée, toujours selon l'OMO. Un résidant de l'Arabie saoudite en serait mort et un autre du Qatar serait hospitalisé dans une condition critique dans un hôpital britannique.

Le fait d'ajouter le SRAS sur la liste des maladies à haut risque signifie que seuls les laboratoires américains dûment enregistrés dans un programme spécial peuvent faire des recherches sur le virus.

Selon le Dr Donald Low, un spécialiste du SRAS à l'hôpital Mount Sinai de Toronto, il s'agit d'une mesure très sage.

Le Canada ne dispose pas d'un tel programme. Le laboratoire de l'hôpital du Mount Sinai possédait quelques échantillons du virus qui étaient congelés et conservés sous verrous. Toutefois, selon le Dr Low, il ne resterait plus de cellules de la maladie. Elles auraient toutes été incinérées.

PLUS:pc