NOUVELLES

Laurent Fabius: "Les crimes du régime syrien ne resteront pas impunis"

05/10/2012 03:21 EDT | Actualisé 05/12/2012 05:12 EST

Les "crimes" du régime syrien "ne resteront pas impunis", a affirmé le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius dans un message transmis vendredi à Jérusalem aux participants d'un concours de plaidoiries sur les droits de l'Homme.

"La commission d'enquête sur la situation des droits de l'Homme en Syrie a réuni suffisamment d'éléments de fait pour montrer que ces crimes de guerre, voire des crimes contre l'humanité, sont commis", a expliqué M. Fabius, en dénonçant un "régime assassin".

"Ces crimes ne resteront pas impunis. La France et ses partenaires y veilleront", selon le message délivré par les députés Alain Tourret et Laurence Dumont, à la tête d'une délégation française en visite à Jérusalem.

Evoquant le conflit israélo-palestinien, dans l'impasse, le chef de la diplomatie française a appelé à "restaurer les bases de la négociation" entre Israéliens et Palestiniens.

"Il n'est pas question de nous satisfaire du statu quo actuel qui ne perdure qu'au détriment des droits de l'Homme", a-t-il réaffirmé, en condamnant la colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-Est annexée.

"Nous ne pouvons pas accepter la poursuite de la colonisation non seulement parce qu'elle est contraire au droit international et nuit aux efforts de paix mais aussi à cause de son impact négatif sur la vie quotidienne des Palestiniens", a poursuivi le ministre dans son message.

M. Fabius a également qualifié d'inacceptables les tirs de roquettes palestiniennes de Gaza "qui visent des civils israéliens".

"Le droit international, y compris la quatrième Convention de Genève, doivent s'appliquer à tous", a-t-il conclu.

Organisé depuis quatre ans par l'Université Al-Quds de Jérusalem-Est et l'Institut international des droits de l'Homme et de la paix, basé à Caen (ouest de la France), le concours international de plaidoiries sur le thème des droits de l'Homme se déroulera dimanche à Abu Dis, dans la banlieue de Jérusalem, en Cisjordanie.

agr/feb

PLUS:afp