NOUVELLES

L'armée turque riposte à des tirs syriens, l'armée syrienne bombarde Homs

05/10/2012 04:59 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

BEYROUTH - L'armée syrienne a pilonné la ville de Homs vendredi, les plus importants bombardements contre ce bastion de l'insurrection depuis des mois, ont annoncé des militants de l'opposition.

Pendant ce temps, l'armée turque a de nouveau riposté vendredi à un tir de mortier provenant de la Syrie qui a atteint son territoire, selon les médias publics turcs.

Jeudi, le Parlement turc avait autorisé les opérations militaires de l'autre côté de la frontière, après un tir d'obus syrien qui a tué cinq civils en territoire turc la veille.

L'agence de presse turque Anadolu a cité vendredi le gouverneur de la province d'Hatay, Celalettin Lekesiz, qui a déclaré qu'un obus de mortier était tombé à 50 mètres de la frontière, dans une zone rurale.

Personne n'a été blessé, mais l'armée turque déployée dans le secteur a immédiatement répliqué, selon le gouverneur.

En territoire syrien, la ville de Homs a été le théâtre de ses pires bombardements en cinq mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, une organisation de l'opposition établie à Londres qui s'appuie sur un réseau de sources sur le terrain.

Les bombardements visaient principalement le quartier de Khaldiya, a précisé l'Observatoire.

«À l'aube, le régime est devenu fou et a commencé à bombarder de manière hystérique», a déclaré Abou Rami, un militant de l'opposition présent dans la vieille ville de Homs. «Une moyenne de cinq roquettes par minute tombe» sur la ville, a-t-il ajouté lors d'un entretien par Skype. Il a demandé à être identifié par son surnom par crainte de représailles.

Le militant a déclaré que les forces gouvernementales tiraient des roquettes et des obus de mortier dans la vieille ville, ainsi que dans les quartiers de Khaldiya, Qusour et Jouret el-Shayah.

Les forces du régime ont aussi bombardé des villages autour de Homs et de Rastan, une autre ville rebelle située plus au nord, d'après Abou Rami.

Il n'était pas en mesure de fournir un bilan des victimes, mais a précisé que la plupart des civils qui sont toujours présents dans les quartiers rebelles se cachaient dans des abris.

D'autres militants ont indiqué que les forces gouvernementales étaient stationnées à l'extérieur de Homs, une pratique courante de l'armée syrienne dans les villes rebelles. Homs est la troisième plus grande ville de Syrie.

D'après l'Observatoire, les troupes syriennes ont aussi bombardé vendredi le quartier Sakhour à Alep. La télévision publique a déclaré que les forces gouvernementales «nettoyaient Sakhour des terroristes et des mercenaires».

La télévision publique a également annoncé que les forces de l'ordre avaient déjoué un attentat à la voiture piégée près de l'hôpital du Croissant-Rouge du quartier Aziziyah à Alep.

PLUS:pc