NOUVELLES

Wall Street finit en hausse, rassurée par des chiffres américains et la BCE

04/10/2012 04:36 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

La Bourse de New York a fini la séance dans le vert jeudi, les investisseurs réagissant positivement aux nouveaux indicateurs économiques américains et à des commentaires du président de la Banque centrale européenne (BCE): le Dow Jones a gagné 0,60% et le Nasdaq de 0,45%.

Selon des chiffres définitifs, le Dow Jones Industrial Average a avancé de 80,75 points à 13.575,36 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 14,23 points à 3.149,46 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 est monté de 0,72% (+ 10,41 points) à 1.461,40 points.

"Les données économiques (publiées dans la matinée, ndlr) aux Etats-Unis correspondaient plus ou moins aux attentes, ne montrant en tout cas pas de surprise majeure, ce qui est en soi une bonne nouvelle", a indiqué Art Hogan, de Lazard Capital Market.

Les investisseurs ont de fait bien accueilli l'annonce d'un rebond des nouvelles inscriptions au chômage durant la dernière semaine de septembre, car les chiffres "restent cohérents avec une hausse plus importante que prévu des créations d'emploi", dans le rapport que doit publier vendredi le département américain du Travail, a souligné Christopher Low, de FTN Financial.

Ce document, qui doit faire le point sur l'évolution de l'emploi et du chômage en septembre, est considéré comme un indicateur important sur la vigueur de la reprise économique américaine.

Le gouvernement américain a aussi fait part d'une chute de 5,2% des commandes reçues par les entreprises manufacturières aux Etats-Unis en août, un chiffre en baisse mais qui dépasse légèrement les prévisions des analystes.

Le marché a aussi réagi positivement aux propos du président de la BCE Mario Draghi, ce dernier laissant penser que l'institution "est prête à utiliser son nouvel outil monétaire politique", a remarqué M. Hogan.

Selon M. Dragui, qui s'exprimait lors de sa conférence de presse mensuelle, l'annonce début septembre de ce nouveau programme de rachat d'obligations publiques "a aidé à soulager les tensions au cours des dernières semaines en réduisant les inquiétudes de voir des scénarios destructeurs se matérialiser".

Les marchés ont enfin profité "du sentiment que le débat présidentiel (mercredi soir) a été remporté par (Mitt) Romney", le candidat républicain, a indiqué M. Hogan.

Les investisseurs "ont l'impression qu'une victoire de Romney permettrait de régler plus facilement le problème du +mur budgétaire+", notamment car il promeut des mesures comme "l'élimination de l'Obamacare (la réforme du système de santé publique), une nouvelle politique énergétique et une baisse des impôts", a ajouté l'analyste. Autant de "concepts qui semblent favorables au marché et à la croissance".

L'embellie des marchés a été confortée en cours de séance par la publication des minutes de la dernière réunion de la Banque centrale américaine (Fed), qui ont notamment montré que l'institution envisageait de lier le relèvement de son taux directeur, quasi nul depuis bientôt quatre ans, à des critères liés à l'emploi et à l'inflation.

Le marché obligataire a reculé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 1,665% contre 1,623% mercredi et celui à 30 ans à 2,882% contre 2,825% la veille.

jum/sl/are

PLUS:afp