NOUVELLES

USA: "Big Bird", l'oiseau de 1, Rue Sésame, nouvelle cause nationale

04/10/2012 05:38 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

Depuis que Mitt Romney a déclaré vouloir lutter contre le déficit en coupant les vivres à la télévision publique américaine, et donc à "Big Bird" que pourtant il "adore", le héros à plumes de l'émission enfantine "1, Rue Sésame" est quasiment devenu une cause nationale.

"Nous sommes tous des Big Bird maintenant", lancait jeudi sur Twitter Greg Pak, un auteur de BD, parmi les milliers de messages que l'oiseau jaune a provoqués depuis les propos du candidat républicain contre la chaîne publique PBS.

Mercredi soir, lors de son premier débat télévisé face au président Barack Obama, Mitt Romney a lancé en direction de l'animateur du débat, Jim Lehrer, figure historique de la chaîne: "J'arrêterai de subventionner PBS", le réseau de chaînes de télévision publiques américaines.

"J'aime PBS. J'adore (le poussin géant) Big Bird, comme vous aussi. Mais je ne vais pas continuer à dépenser de l'argent pour ensuite en emprunter à la Chine pour encore payer", a-t-il ajouté.

Pour les Américains, "1, Rue Sésame" fait partie du paysage audiovisuel depuis la fin des années 1960.

Et jeudi face à 12.300 personnes venues l'écouter à Denver (Colorado, ouest) où s'était déroulé le débat la veille, M. Obama n'a pas laissé échapper l'occasion de se moquer d'un adversaire qui l'avait par ailleurs surclassé la veille, de l'avis général.

"Heureusement que quelqu'un a décidé d'être ferme avec Big Bird. Il était grand temps. Nous ne savions pas que c'était Big Bird qui aggravait le déficit de l'Etat fédéral. Mais c'est ce que nous avons entendu hier soir. Pas mal, non?", a plaisanté M. Obama devant un public hilare.

Le réseau PBS s'est dit, jeudi dans un communiqué, "très déçu" par les propos de M. Romney qui, selon lui, "ne comprend pas la valeur que les Américains portent à leurs radios et chaînes publiques, et le remarquable retour sur investissement que le système apporte à notre nation".

Selon PBS, l'investissement de l'administration "fédérale" dans les radios et télévisions publiques équivaut à "un centième de pourcent du budget fédéral". D'autres sources avancent que le gouvernement a versé 445,5 millions de dollars à PBS cette année.

Selon le site de microblogs, après la sortie du candidat, le nom de Big Bird a été tweeté à une fréquence de 17.000 fois la minute. Un compte @FiredBigBird (Virez Big Bird) a été créé dans la foulée comptant des milliers de followers en l'espace de quelques minutes, puis suspendu.

Jeudi après-midi, 20 heures après la ébat, la folie Big Bird ne cessait pas.

Le comédien Chris Rock écrivait ainsi sur son compte : "Mitt Romney : si vous m'élisez, je ferai crever de faim les pauvres, taxerai la classe moyenne, tuerai Medicare (l'assurance santé), éliminerai Big Bird et détruirai la planète".

teedster47 se déclarait "soutenir notre président et Big Bird, les deux s'occupent de nous et de nos enfants". Paul Watson appellait à une "manifestation des marionnettes" alors que Laura Richter se demandait pourquoi "les Républicains détestent autant Big Bird".

L'émission "1 Rue Sésame" (Sesame Street), lancée en 1969 aux Etats-Unis et alternant sketches des marionnettes de Jim Henson et courts métrages éducatifs, a fait le tour du monde depuis.

@SesameStreet joue l'innocente sur le réseau social: "Big Bird: mon heure de coucher est d'habitude 7H45, mais j'étais vraiment fatiguée hier et je me suis endormie à 7H. Est-ce que j'aurais loupé quelque chose hier soir?"

bur-ff/are

PLUS:afp