NOUVELLES

"Plusieurs soldats" syriens tués dans le bombardement turc (ONG)

04/10/2012 01:35 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Plusieurs soldats syriens ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi par des bombardements de l'armée turque visant une position de l'armée syrienne à la frontière entre la Syrie et la Turquie, selon une ONG syrienne.

"Plusieurs soldats syriens" ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi par des bombardements de l'armée turque visant une position de l'armée dans la région de Rasm al-Ghazal, près de la ville de Tall al-Abyad, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) dans un communiqué.

Les tensions entre la Syrie et la Turquie, qui soutient les insurgés syriens, ont connu une brusque escalade mercredi lorsque plusieurs obus tirés depuis la Syrie ont frappé la localité turque d'Akçakale, située juste en face du poste-frontière syrien Tall al-Abyad, et tué cinq civils, dont une mère et ses trois enfants.

Dix autres personnes ont été blessées, dont deux très grièvement.

Quelques heures plus tard, à l'issue d'une réunion avec ses plus proches conseillers, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé que l'armée turque avait bombardé en représailles plusieurs "cibles", qu'il n'a pas identifiées, situées en territoire syrien.

L'armée turque a de nouveau bombardé jeudi matin des positions de l'armée syrienne à la frontière, a indiqué à l'AFP une source de sécurité turque.

"Des tirs d'artillerie ont repris à 03H00 GMT ce matin (jeudi)", a précisé cette source sous couvert d'anonymat. Les tirs turcs s'étaient poursuivis tout au long de mercredi soir vers le territoire syrien.

Le ministre syrien de l'Information, Omran Zoabi, a annoncé mercredi soir l'ouverture d'une enquête sur l'origine du tir d'obus transfrontalier et présenté les condoléances de la Syrie "aux familles des victimes et à nos amis, le peuple turc".

Le poste-frontière syrien Tall al-Abyad a été le récent théâtre de combats entre les troupes fidèles au président syrien Bachar al-Assad et les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL, composée de déserteurs et de civils ayant pris les armes).

L'incident de mercredi, le plus grave depuis la destruction d'un avion turc par la défense antiaérienne syrienne en juin, a été fermement condamné par l'Otan et les Etats-Unis qui ont affiché leur solidarité avec Ankara, pays membre de l'Alliance atlantique.

Près de 100.000 Syriens ayant fui la guerre civile dans leur pays sont réfugiés en Turquie, selon les autorités d'Ankara qui appellent à un départ du pouvoir du président Assad.

bur-ezz/vl/sw

PLUS:afp