NOUVELLES

Ottawa accélère la décontamination de sites et promet 7300 emplois

04/10/2012 01:58 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

OTTAWA - Le gouvernement fédéral a officiellement décidé d'accélérer son programme de décontamination de sites à travers le pays, et promet que cette initiative créera quelque 7300 emplois.

Le ministre de l'Environnement, Peter Kent, a lancé jeudi la prochaine phase de ce projet à long terme, visant la restauration de 1100 sites hautement prioritaires au cours des trois prochaines années.

Les sites hautement prioritaires sont ceux qui, selon les responsables, ont l'impact le plus important sur la santé humaine et sur l'environnement.

Des experts visiteront aussi environ 1650 autres sites pour évaluer leur toxicité et déterminer les coûts de leur restauration.

Environ 1 milliard $ a été mis de côté pour ce programme de trois ans, des fonds qui — selon M. Kent — mèneront à la création de 7300 emplois dans les secteurs de la gestion des déchets et de la restauration, soit environ 1500 emplois à temps plein par année.

Il s'agit de la deuxième phase d'un projet de 15 ans lancé en 2005, qui dispose d'un budget de 3,5 milliards $.

L'inventaire du gouvernement fédéral contient plus de 21 000 sites, ce qui fait dire au commissaire à l'Environnement, Scott Vaughan, qu'Ottawa est incapable d'évaluer correctement les risques pour la santé et l'environnement. Des centaines de ces sites se trouvent dans des villes comme Ottawa et Montréal, a-t-il ajouté, et sont fréquemment situés à proximité d'aquifères qui servent de source d'eau potable.

L'eau souterraine et l'eau de surface sont aussi menacées. La qualité de l'air pourrait également être touchée si des poussières ou des vapeurs s'échappent des sites. Les contaminants en cause sont habituellement si toxiques que même de petites quantités peuvent être dangereuses. Du plomb, de l'arsenic et même des substances radioactives ont été décelés.

PLUS:pc