NOUVELLES

Mode: la première "Black Fashion Week" de Paris veut montrer l'apport de la création africaine

04/10/2012 12:14 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

PARIS - PARIS (Sipa) — Montrer au grand public le large éventail de la création panafricaine et prouver l'influence qu'elle exerce sur la mode contemporaine, tel est le double objectif fixé par la "Black Fashion Week" inaugurée jeudi soir à Paris et qui dévoilera vendredi et samedi les collections de 16 stylistes et créateurs venus d'une douzaine de pays africains mais aussi des Etats-Unis, des Caraïbes ou du Maghreb.

Pour cette première édition en France, le choix de Paris n'a rien d'un hasard. Après dix ans d'existence à Dakar (Sénégal) et une première édition à Prague en novembre dernier, "le choix de la capitale mondiale de la mode et de la haute couture s'est imposé", explique à Sipa Frédéric Royer, porte-parole de la manifestation.

Le chanteur et ministre de la Culture et du Tourisme sénégalais Youssou N' Dour, l'actrice espagnole Rossy De Palma, mais aussi le footballeur Claude Makélélé ou encore la jeune chanteuse Inna Modja, entre autres: tous sont annoncés à la soirée de lancement et ont promis d'assister aux défilés.

A l'origine du concept, la styliste sénégalaise d'origine zaïroise Adama Ndiaye, plus connue sous le nom de sa maison de couture Adama Paris. Loin de tout propos communautariste, cette "Black Fashion Week" de deux jours veut apporter sa pierre à l'édifice en montrant comment, à l'heure de la globalisation et d'une certaine uniformisation des styles, la créativité des stylistes d'ascendance africaine influence de façon régulière la mode mondiale d'aujourd'hui.

Un point de vue que partage Patrick Lozès, co-fondateur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), un pourfendeur des communautarismes et promoteur de la diversité et de la lutte contre les discriminations. Il s'était par exemple indigné de l'organisation au printemps dernier du concours de beauté "Miss Black France" à Paris.

Dans l'intitulé "Black Fashion Week", le mot 'black' peut paraître ambigu, mais en y regardant de plus près, la manifestation est plutôt une vitrine qui montre comment la mode africaine intègre et n'exclut pas", a-t-il déclaré, interrogé par Sipa. "C'est la mode de tous les métissages", insiste-t-il.

Parmi les 17 stylistes invités, figurent des jeunes pousses du secteur mais aussi quelques pointures tel le Nigérien né au Mali Alphadi, formé à Paris chez Chardon-Savart et dont les créations ont déjà été saluées par les grands noms de la mode en France et à l'étranger. Le Sud-africain Thula Sindi, l'Angolaise Lisete Pote, le New-Yorkais LaQuam Smith, le Haïtien Isaac-Joachim Pantaleon (Zacometi) mais aussi le Marocain Karim Tassi ou l'Egypto-tunisienne Soucha, tous des références dans leur style, figurent au programme des défilés.

Moins chanceuse, la Malienne Mariah Bocoum, qui n'est autre que la soeur de la chanteuse Inna Modja (auteure du tube de l'été 2011 "M. Sainte-Nitouche"), s'est vu refuser un visa par l'ambassade de France au Mali. Une situation jugée "consternante" par les organisateurs, quand on sait que la créatrice a effectué ses études supérieures en France.

- Black Fashion Week Paris: vendredi et samedi au pavillon Cambon Capucines, 46 rue Cambon Paris Ier; Tarif: 30€/journée

- Sur le Net: www.blackfashionweekparis.com

xrao/jbl/mw

PLUS:pc