NOUVELLES

Mitt Romney a dominé le premier débat présidentiel contre Barack Obama

04/10/2012 07:22 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

DENVER - Mitt Romney a dominé le premier débat présidentiel de mercredi soir en attaquant Barack Obama sur son bilan économique. Le candidat républicain à la Maison-Blanche, à la traîne dans les sondages jusque-là, s'est montré déterminé et à l'aise face au président sortant, qui est resté plutôt en retrait.

Pendant ce débat très attendu, Mitt Romney a accusé Barack Obama d'avoir affaibli l'économie américaine, thème central de la campagne présidentielle. «Maintenir le statu quo ne va pas aider les Américains qui se battent aujourd'hui», a-t-il lancé.

À plusieurs reprises, le candidat républicain a reproché à son adversaire de déformer ses propositions, lui faisant la leçon lorsque le président l'a accusé de vouloir réduire le budget de l'éducation. «M. le Président, vous avez votre propre avion, votre propre maison, mais vous ne pouvez pas avoir votre propre réalité.»

Les réponses souvent décousues du président sortant, marquées de pauses et d'hésitations, contrastaient avec l'attitude énergique de M. Romney, soucieux de relancer sa campagne et de montrer sa stature présidentielle.

Plus en retrait et moins précis que son adversaire, Barack Obama a affirmé avoir évité le pire à l'économie américaine affaiblie par quatre années de présidence de George Bush, prévenant que l'ancien gouverneur du Massachusetts adopterait la même politique qui a mené à la crise financière et frappé la classe moyenne et les plus pauvres.

«Le gouverneur Romney pense que si nous baissons les impôts (...) et que nous diminuons la régulation, nous serons mieux. J'ai une vision différente», a déclaré Barack Obama, en ajoutant que les politiques fiscales du candidat républicain bénéficieraient aux plus riches.

Le président sortant a évité d'attaquer son adversaire multimillionnaire sur ses points faibles, notamment ses comptes en Suisse ou sa société de capital-risque Bain Capital. Il n'a pas non plus fait allusion aux propos de Mitt Romney, enregistrés à son insu, qui affirmait que 47 pour cent des Américains se considéraient comme des victimes dépendantes de l'aide de l'État.

Il a même rappelé que sa réforme de la santé était inspirée de celle que M. Romney a soutenue dans le Massachusetts, qui «fonctionnait vraiment bien». Ce à quoi Mitt Romney a répondu qu'elle ne concernait qu'un État, réitérant sa promesse de l'abroger.

Plus offensif et précis, le candidat républicain a déploré que sous Obama, les «familles de la classe moyenne ont été écrasées», reprenant une expression du vice-président Joe Biden. «Les prix de l'essence ont doublé durant le règne du président (...) Les tarifs d'électricité ont grimpé. La nourriture coûte plus cher. Les coûts des soins de santé ont augmenté de 2500 $ par famille», a-t-il énuméré.

À la fin du débat, le camp républicain s'est félicité de la performance de son candidat, et certains stratèges démocrates ont même reconnu l'avantage pris par Mitt Romney.

Les deux prochains débats présidentiels auront lieu le 16 octobre dans l'État de New York et le 22 octobre en Floride. Le vice-président Joe Biden et le colistier de Mitt Romney, Paul Ryan, s'affronteront quant à eux le 11 octobre au Kentucky.

PLUS:pc