NOUVELLES

Maroc: le renforcement du pouvoir de nominations du Premier ministre adopté

04/10/2012 01:48 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

Un projet de décret visant à renforcer les pouvoirs de nomination du Premier ministre marocain dans la haute fonction publique a été adopté jeudi en conseil de gouvernement, en application de la nouvelle Constitution de 2011 et après d'âpres débats.

"Le Conseil de gouvernement a adopté un projet de décret portant sur la loi organique relative aux nominations aux hautes aux hautes fonctions" par le chef du gouvernement telles que stipulées par la nouvelle Constitution (articles 49 et 91), a rapporté l'agence de presse marocaine MAP.

La loi organique doit inclure la liste des établissements et les postes concernés.

Il s'agit d'une première dans l'histoire du pays, qui fait suite à l'adoption l'an dernier d'une nouvelle constitution, voulue par le roi Mohammed VI dans le contexte du Printemps arabe.

Selon un député interrogé par l'AFP, le roi garde son pouvoir de nomination pour 38 hautes fonctions "stratégiques" alors que cette prérogative passe au Premier ministre pour un millier de fonctionnaires dans les administrations publiques telles que les secrétaires généraux des ministères, les directeurs centraux et les doyens de facultés.

Ce texte a été âprement discuté avant son approbation par les députés lors de la session de printemps, l'Union socialiste des forces populaires (USFP, opposition) ayant reproché au chef du gouvernement Abdelilah Benkirane d'avoir fait des concessions sur sa propre liste de nomination.

L'adoption du décret permet de consacrer "les principes de la parité, du mérite, de la compétence, de l'égalité des chances et de la transparence", a assuré le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Mustapha El-Khalfi, lors de son point de presse hebdomadaire.

mc/gk/fc

PLUS:afp