NOUVELLES

Ligue des champions - Un Real retrouvé avant le clasico face au Barça

04/10/2012 07:25 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

Après un début de saison décevant, le Real Madrid, vainqueur avec la manière de l'Ajax Amsterdam mercredi en Ligue des champions (4-1), semble s'être retrouvé juste à temps pour affronter dimanche au Camp Nou en championnat un Barça qui a lui signé contre Benfica (2-0) sa 8e victoire d'affilée cette saison.

En prévision de ce clasico, les Barcelonais, qui caracolent en tête de la Liga avec 8 points d'avance sur les Merengue, paraissent certes posséder un avantage psychologique sur leur éternel rival.

Mais les hommes de Vilanova feraient bien de se méfier d'un Real qui, s'il a eu du retard à l'allumage, semble désormais lancé, comme l'indiquent ses deux larges victoires contre La Corogne, dimanche à domicile (4-1) en championnat, et donc, face à l'Ajax, mercredi.

"Quand la qualité individuelle se transforme en qualité collective, c'est normal que les bons résultats suivent", résumait mercredi soir l'entraîneur des Merengue José Mourinho, enfin satisfait des siens après avoir longtemps critiqué leur manque d'engagement en ce début de saison.

Mercredi face à l'Ajax, on semblait en effet avoir retrouvé le Real de la saison dernière, celui du record de buts en Liga (121), emmené par un Ronaldo enfin concentré sur le jeu.

Auteur de deux triplés en une semaine (contre La Corogne et l'Ajax), le Portugais semble avoir laissé derrière lui son début de saison décevant, davantage marqué par la polémique - sa "tristesse" énigmatique - que par son rendement sur le terrain.

Face aux Hollandais, Ronaldo a du reste bien été épaulé par Benzema, auteur d'un but somptueux, et par Kaka, qui a lui connu une véritable résurrection.

Incisif, tonique, jouant juste, le Brésilien a montré un niveau qu'on ne lui connaissait plus, à tel point qu'il se pose désormais en alternative crédible pour le clasico, même si ce ne sera sans doute pas pour un poste de titulaire.

Autant de signes qui devraient inciter le Barça à être sur ses gardes face à un Real qui reste d'ailleurs sur une victoire lors de son dernier déplacement en Liga au Camp Nou (2-1).

Non pas que les Blaugrana aient donné une mauvaise image face à Benfica en C1. Mais paradoxalement, alors qu'ils ont remporté tous leurs matches cette saison (à l'exception du match retour de Supercoupe d'Espagne... contre le Real), les Catalans paraissent peut-être davantage contraints à certains réglages que les Madrilènes.

Les deux passes décisives de Messi, mardi contre Benfica, et la bonne forme de Fabregas, auteur d'un doublé contre le FC Séville samedi (victoire des Blaugrana 3-2) et à nouveau buteur mardi, dissimulent en effet quelques dysfonctionnements.

Entièrement tendus vers l'attaque depuis le début de saison, les Blaugrana ont parfois tendance à s'exposer aux contres de leurs adversaires, comme cela a une nouvelle fois été le cas face à Benfica en première période.

Contre le Real, équipe de contres par excellence, cette fâcheuse habitude pourrait faire d'autant plus de tort au Barça qu'il devra à nouveau s'appuyer sur une charnière centrale de non-spécialistes.

Après la nouvelle blessure de Puyol, victime d'une luxation du coude contre Benfica qui l'éloignera des terrains pour deux mois, il semble en effet peu probable que Vilanova puisse former autre chose qu'une association Mascherano-Song, même si Piqué, touché lui au pied, pourrait jouer sous infiltration.

Quoi qu'il en soit, dimanche, le mano a mano de deux équipes qui semblent désormais avoir atteint leur rythme de croisière influera à coup sûr sur leur état d'esprit: tranquillité absolue pour le Barça s'il l'emporte, regain d'espoir pour le Real s'il s'impose.

cle/pgr/jr

PLUS:afp