NOUVELLES

Le rassemblement pro-pouvoir vendredi à Amman annulé par crainte de troubles

04/10/2012 11:14 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

Une manifestation de soutien au roi Abdallah II de Jordanie prévue vendredi à Amman a été annulée pour éviter les frictions avec un rassemblement rival le même jour appelant à des réformes profondes, ont indiqué jeudi les organisateurs.

La manifestation royaliste devait se dérouler à la même heure et au même endroit que celle des Frères musulmans, la principale force de l'opposition, et cela a fait craindre un dérapage.

"Nous avons reporté sine die notre manifestation prévue en même temps que celle des Frères musulmans pour empêcher des troubles", a déclaré à l'AFP Jihad al-Cheikh, le chef des organisateurs et de la page Facebook "Les jeunes de l'allégeance (...) au chef de la nation".

Il a précisé que le report avait été décidé "après une demande en ce sens du directeur de la Sécurité générale Hussein al-Majali, de députés et de chefs de tribus afin d'empêcher que l'on profite d'une situation sensible" pour créer des troubles.

Environ 200.000 personnes soutenant les efforts du roi Abdallah II en vue de réformes devaient manifester vendredi à Amman selon le organisateurs.

Pour leur part, les Frères musulmans ont maintenu leur rassemblement auquel doivent participer quelque 50.000 de leurs partisans, selon le mouvement.

La branche politique des Frères musulmans, le Front de l'Action islamique, a néanmoins annoncé sur son site internet que l'un de ses cadres, Tareq al-Jawabra, avait été arrêté jeudi en "distribuant des invitations à la manifestation".

Il a été accusé par le procureur "d'atteinte à la dignité du roi" et sera détenu une semaine pour les besoins de l'enquête avant de comparaître devant la Cour de la sûreté de l'Etat, selon le site.

Depuis janvier 2011, de nombreuses manifestations appelant à des réformes politiques et économiques et à la lutte contre la corruption ont eu lieu dans le royaume.

En réponse, Abdallah II a annoncé des législatives anticipées en souhaitant qu'elles aient lieu avant la fin 2012.

Mais les Frères musulmans ont annoncé qu'ils les boycotteraient comme ils l'avaient fait en 2010 pour protester contre l'absence de réformes de fond mais sans réclamer un départ du roi.

msh/tp/cnp

PLUS:afp