NOUVELLES

Le pétrole rebondit à New York, soutenu par la baisse du dollar

04/10/2012 09:42 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse jeudi à New York, rebondissant après avoir plongé la veille de près de 4 dollars, dans un marché qui profitait de la baisse du dollar mais restait inquiet pour les perspectives de la demande mondiale.

Vers 13H20 GMT, le baril de référence pour livraison en novembre montait de 84 cents à 88,98 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après avoir chuté la veille de 3,75 dollars, à son plus bas depuis le 2 août.

"Les cours sont soutenus par un mouvement de rebond, les courtiers profitant d'achats à bon compte, après une semaine de très net recul", a constaté John Kilduff, de Again Capital.

Alors que les investisseurs avaient été échaudés la veille par de mauvais chiffres dans le secteur des services en Chine, le deuxième pays consommateur de pétrole au monde, et par des perspectives inquiétantes pour la croissance économique en Asie, des chiffres sur l'emploi américain jeudi remontaient le moral du marché.

"Les courtiers tournent à nouveau leur attention vers les Etats-Unis où les inscriptions hebdomadaires au chômage sont ressorties légèrement meilleures qu'attendu, stimulant le marché actions avant l'ouverture", a noté Matt Smith, de Schneider Electric.

Les nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis sont remontées dans les derniers jours de septembre après être tombées près de leur niveau le plus bas de l'année, selon des chiffres publiés jeudi à Washington par le département du Travail.

Quelque 367.000 demandes d'allocations de chômage ont été déposées dans le pays du 23 au 29 septembre, soit 1,1% de plus que la semaine précédente, un chiffre relativement proche des attentes des analystes qui tablaient sur 365.000 nouveaux chômeurs.

D'autre part, le rebond du dollar contre l'euro contribuait à soutenir le brut, et les autres matières premières.

En effet, la baisse du billet vert favorisait les achats d'actifs libellés en dollars, comme l'or noir, pour les acheteurs munis d'autres devises.

"Les tensions géopolitiques restent dans l'esprit des investisseurs, qui s'attendent à ce qu'elles ressurgissent et s'exacerbent à tout instant", les courtiers surveillant particulièrement les tensions entre la Turquie et la Syrie, et la situation iranienne, a rappelé John Kilduff.

ppa/sl/bdx

PLUS:afp