NOUVELLES

Le juge Richard Wagner répond aux questions des parlementaires

04/10/2012 05:53 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

Le candidat à la Cour suprême, le juge québécois Richard Wagner, a répondu jeudi aux questions des parlementaires qui visent à le tester avant de le confirmer en poste.

Connaissant vraisemblablement les dures critiques adressées au dernier candidat à la Cour, le juge Michael Moldaver, un unilingue anglophone, M. Wagner a fait valoir son héritage francophone avec fierté. Il a d'ailleurs alterné avec aisance entre le français et l'anglais lors de sa présentation aux députés.

Il s'est décrit comme un homme « heureux », un peu anxieux de faire bonne impression. Fier défenseur de l'impartialité et de l'indépendance des tribunaux, il a souligné que les juges n'ont de comptes à rendre qu'aux justiciables.

Sa présentation s'est conclue sous les applaudissements des parlementaires, qui avaient pour la plupart écouté ses propos avec un sourire bienveillant.

L'annonce de sa candidature par Stephen Harper, mardi, n'a pas fait de vagues. Si tous s'entendaient sur les qualités de juriste de M. Wagner, les partis d'opposition à Ottawa ont toutefois reproché au premier ministre d'avoir agrandi plus encore le déséquilibre homme-femme au sein de la Cour.

S'il est confirmé comme juge au plus haut tribunal du pays, M. Wagner occupera le poste laissé libre par Marie Deschamps. Il n'y aura plus que trois femmes sur neuf à la Cour suprême. La candidature de Richard Wagner a fait l'unanimité au sein du comité de députés chargés de fournir des recommandations à Stephen Harper.

Un juge connu

Le candidat, originaire de Montréal, siège actuellement à la Cour d'appel du Québec. Le nom du juge Wagner est connu du grand public, puisqu'il a rendu des jugements dans des causes très médiatisées.

Il a notamment condamné Vincent Lacroix de Norbourg à une peine de 13 ans de prison pour avoir fraudé près de 9200 investisseurs. Plus récemment, il a rendu la décision de maintenir en détention pendant les procédures d'appel l'ex-juge Jacques Delisle, condamné pour le meurtre prémédité de son épouse.

M. Wagner a 55 ans. Il a fait ses études au Collège Jean-de-Brébeuf à Montréal ainsi qu'à l'Université d'Ottawa de laquelle il détient un baccalauréat en sciences sociales avec concentration en sciences politiques, et une licence en droit.

Admis au Barreau du Québec en 1980, il a été nommé juge à la Cour supérieure du Québec en 2004, puis juge à la Cour d'appel du Québec en février 2011.

Il a aussi été bâtonnier du Barreau de Montréal en 2001-2002. En 2005, il a reçu le Mérite du Barreau du Québec pour sa contribution à la profession d'avocat.

PLUS: