NOUVELLES

GP du Japon - Schumacher: "Je n'ai plus la motivation et l'énergie"

04/10/2012 05:24 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

L'Allemand Michael Schumacher (Mercedes) a annoncé jeudi à Suzuka, à la veille des premiers essais libres du Grand Prix du Japon de Formule 1, qu'il prendrait sa retraite définitive à la fin de la saison 2012, car il n'avait "plus la motivation et l'énergie nécessaires".

Q: Comment en êtes-vous arrivés à cette décision ?

R: "Ces derniers mois, je n'étais plus sûr d'avoir encore la motivation et l'énergie qui sont nécessaires pour continuer à aller de l'avant. Quand on est plus âgé, on réfléchit plus à ce qu'on fait, c'est normal, on a plus de recul. Je suis heureux de la façon dont ça s'est passé avec l'équipe (Mercedes), j'ai toujours été tenu informé et je savais parfaitement ce qui se passait: ils avaient l'opportunité de recruter Lewis (Hamilton), c'est l'un des meilleurs pilotes du monde et parfois c'est le destin qui décide pour vous. Je croise les doigts pour que leur avenir commun soit une réussite".

Q: En quoi cette retraite est-elle différente de la précédente, fin 2006 ?

R: "Mon ambition de me battre pour la victoire, et mon plaisir de piloter, sont nourris par le fait d'être compétitif. Je suis encore capable de me battre contre les meilleurs pilotes du monde, mais ce n'est pas mon style de faire quelque chose que je ne sens pas à 100%. Avec la décision d'aujourd'hui, je me sens soulagé de ces doutes. En 2006, je vous avais dit que mes batteries étaient à plat, je ne savais pas si j'arriverais à les recharger. J'avais eu beaucoup d'attention sur moi dès le début de ma carrière, et j'avais réussi beaucoup de choses, donc je voulais vraiment me retirer. Puis la nature et les circonstances sont revenues à la charge, et je ne le regrette pas".

Q: Quel bilan faites-vous de ces trois dernières saisons chez Mercedes ?

R: "C'était quand même trois belles années, en tant qu'être humain. Il y a eu beaucoup d'aspects positifs, on a appris beaucoup de choses. C'est vrai que nous n'avons pas réussi à développer une voiture pour remporter le Championnat du monde, mais je peux quand même être très heureux de ma réussite globale pendant toute ma carrière. Depuis six ans, j'ai beaucoup appris sur moi-même, par exemple qu'on peut s'ouvrir et se faire plaisir sans perdre sa concentration. C'est quelque chose que je n'arrivais pas à faire pendant la première partie de ma carrière. Je me suis rendu compte que perdre est à la fois plus difficile et plus instructif que gagner. J'avais parfois perdu cela de vue au début de ma carrière. Il faut pouvoir apprécier ce qu'on fait, vivre avec ses convictions. Il arrive un moment où il faut dire au revoir. C'est ce que je fais aujourd'hui et cette fois-ci, ça pourrait bien être pour toujours".

Propos recueillis en conférence de presse

dlo/jr

PLUS:afp