NOUVELLES

Des enquêteurs américains sur le site du consulat attaqué à Benghazi

04/10/2012 09:24 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST

Des enquêteurs américains se sont rendus jeudi à Benghazi, dans l'est de la Libye, sur le site du consulat où quatre de leurs compatriotes, dont l'ambassadeur Chris Stevens, ont été tués, a annoncé un responsable du ministère libyen de la Défense.

"Une équipe d'enquêteurs américains a visité le site où l'ambassadeur américain a été tué", a déclaré ce responsable à l'AFP, confirmant que des agents fédéraux (FBI) faisaient partie de l'équipe.

Les enquêteurs se sont rendus sur place par voie aérienne accompagnés d'une équipe de militaires en soutien, selon le Pentagone

"A ma connaissance, l'équipe du FBI a quitté Benghazi et nous avons fourni les moyens par lesquels ils sont partis" après "plusieurs heures" sur place, a affirmé le porte-parole du Pentagone George Little.

M. Little n'a pas fourni de précisions sur le rôle des militaires ou le déroulement de la mission, arguant qu'"ils pourraient avoir à le reproduire dans un avenir proche".

A Benghazi, le chemin de terre menant au portail d'entrée de la mission américaine était bloqué jeudi matin par des véhicules armés du ministère libyen de la Défense, selon un correspondant de l'AFP.

"Une vingtaine d'Américains en civil sont venus et il nous a été demandé d'assurer leur protection jusqu'à ce qu'ils quittent Benghazi", a déclaré un commandant dépendant de ce ministère.

"Ils sont arrivés tôt ce matin et ont travaillé pendant trois heures pour réunir des éléments", a ajouté le commandant sous le couvert de l'anonymat.

Mardi, les autorités libyennes avaient annoncé avoir autorisé une visite du FBI après l'attaque du consulat des Etats-Unis de Benghazi le 11 septembre, dans laquelle M. Stevens et trois autres Américains avaient été tués.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'est engagée mercredi à retrouver les responsables de l'attaque et à faire la lumière sur les circonstances de l'attaque.

A l'approche de la présidentielle du 6 novembre, les démocrates sont brocardés par les républicains pour avoir constamment changé de version sur l'attaque, d'abord qualifiée de "spontanée" puis d'"acte terroriste" lié à Al-Qaïda.

Ces derniers jours, les critiques s'étaient aussi portées sur l'inadéquation des mesures de sécurité autour du consulat à Benghazi, et sur le fait qu'aucun enquêteur américain ne s'était rendu sur place en trois semaines.

str-dsg-mra/are

PLUS:afp