DIVERTISSEMENT

Le Cinéma Excentris se paie une cure de rajeunissement (PHOTOS)

04/10/2012 03:23 EDT | Actualisé 04/12/2012 05:12 EST
Courtoisie

Le Cinéma Excentris fait peau neuve. L’établissement montréalais a ouvert ses portes aux médias, jeudi matin, pour dévoiler ses nouveaux espaces, qui allient désormais septième art, musique, arts visuels et bonne bouffe.

« On a acquis Excentris il y a neuf mois, a laissé savoir Caroline Masse, directrice artistique de l’endroit. Ça faisait partie de nos plans de départ d’ajouter des touches particulières, des couleurs. On voulait, entre autres, avoir un espace pour que les gens puissent discuter avant et après les films, un espace qui correspondrait à notre clientèle. Il y a maintenant du mobilier et l’accès Internet sans fil. On a voulu donner une nouvelle ambiance, afin que la sortie au cinéma soit la plus chaleureuse et conviviale possible.»

Dans cet esprit, un partenariat a été conclu avec la chaîne de restauration SoupeSoup, qui a maintenant son comptoir à l’intérieur de l’Excentris. Après avoir obtenu un franc succès pendant la période d’essai qui s’est tenue tout le mois d’août, les soupes, sandwichs, salades et desserts de la chef Caroline Dumas seront dorénavant en vente tous les jours de la semaine, entre 11h30 et 19h30. À ces produits s’ajoutent l’autre comptoir de nourriture plus typique des cinémas traditionnels, où sont offerts cafés, maïs soufflé et autres friandises.

En ce qui a trait à l’ambiance musicale, c’est la chaîne CIBL qui s’en chargera, non pas en se contentant de diffuser sa radio en direct, mais en proposant des pistes sonores conçues expressément pour l’Excentris. Fidèle à son mandat, CIBL mettra de nouveau à l’avant-plan une signature musicale axée sur la francophonie et la relève.

« Le mariage avec SoupeSoup et CIBL n’en est pas un de raison, a indiqué Caroline Masse. Il y a une parenté à travers tout ça. On a une vision commune, une complicité. CIBL se concentre sur la relève, tandis que SoupeSoup représente l’exploration des goûts, des saveurs, des éléments inusités dans un repas. En cinéma, on essaie de faire un peu la même chose. »

Enfin, les yeux curieux seront heureux de découvrir, dans l’espace d’exposition longeant le mur de l’agora, différentes œuvres visuelles liées de près ou de loin au septième art. Tout l’automne, on pourra admirer 11 affiches du cinéaste français Jean-Luc Godard, toutes tirées de la collection personnelle du producteur Roger Frappier, qui a généreusement accepté de les prêter. En conférence de presse, jeudi, l’homme affirmé que Godard avait été l’une de ses principales sources d’inspiration. Il lui aura fallu plus de 20 ans pour se procurer toutes ces images, des originaux, qu’il a récupérés dans des encans et dans des collections privées.

Programmation variée

Du côté de la programmation en salles, Excentris compte continuer de miser sur des longs-métrages audacieux et aventureux. D’ici la fin de 2012, on pourra notamment savourer Holy Motors, de Leos Carax, The Ballad Of Genesis And Lady Jaye, de Marie Losier, Le Torrent, de Simon Lavoie, Le rêve de Marika, de Robbi Jo Hart et Stories We Tell, de Sarah Polley. Le metteur en scène, scénariste et réalisateur Patrice Chéreau sera de passage entre les murs du petit complexe de la rue Saint-Laurent à la fin octobre pour discuter de son parcours avec ses admirateurs. L’Excentris accueillera en outre le Festival du nouveau cinéma (FNC) entre le 10 et le 21 octobre, de même que les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), du 7 au 18 novembre.

Pour plus d’informations sur les activités de l’Excentris, on consulte le www.cinemaexcentris.com.

INOLTRE SU HUFFPOST

Ex Centris et ses nouveaux atours