NOUVELLES
03/10/2012 11:28 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

USA: 11 inculpations pour l'envoi de technologies militaires vers la Russie

Les autorités judiciaires new-yorkaises ont annoncé mercredi l'inculpation de 11 membres d'un réseau accusé d'avoir exporté illégalement des composants électroniques à destination de l'armée et des services de renseignement russes, à hauteur de 50 millions de dollars.

Le réseau, qui selon les autorités américaines était dirigé par un "agent du gouvernement russe non déclaré", est accusé d'avoir exporté des pièces de micro-électronique "sujettes à de stricts contrôles gouvernementaux en raison de leur utilisation potentielle dans un grand nombre de systèmes militaires, notamment des systèmes de radar et de surveillance, et des systèmes pour guider des armes et les détonner", a précisé la procureur fédérale de Brooklyn à New York, Loretta Lynch dans un communiqué.

"Les accusés avaient élaboré un système complexe de mensonges pour échapper aux lois qui protègent notre sécurité nationale (...) et voler les technologies américaines pour le gouvernement russe", a encore indiqué Mme Lynch.

Huit des inculpés ont été arrêtés mardi et mercredi à Houston (Texas), les trois autres se trouvent en Russie.

Parmi eux figure l'"agent russe" Alexander Fishenko, 46 ans, propriétaire d'une entreprise basée à Houston, Arc Electronics, et co-propriétaire d'Apex System, basée à Moscou. Ces deux entreprises étaient les plaques tournantes du trafic qui durait depuis octobre 2008 et alimentait l'armée russe et les services de renseignement, selon la même source.

Pour éviter les contrôles liés à la vente et à l'exportation de ces équipements strictement contrôlés aux Etats-Unis, les inculpés opéraient souvent via des intermédiaires, et cachaient la destination de ces pièces difficiles à trouver en Russie, qui étaient généralement acheminées via l'aéroport new-yorkais J. F. Kennedy.

Huit des inculpés, y compris Fishenko, travaillaient pour Arc.

Trois, y compris Fishenko, travaillaient pour Apex, et un 11e homme travaillait pour une autre entreprise russe, Atrilor.

Officiellement une entreprise de feux de circulation

Sur son site internet, Arc affirmait être une entreprise de feux de circulation, quand elle ne faisait qu'exporter vers la Russie des composants micro-électroniques et autres technologies. Au total, Arc aurait exporté vers ce pays pour quelque 50 millions de dollars d'équipements de ce type, selon les autorités américaines.

Apex, ont-elles précisé, était un fournisseur "certifié" d'équipement militaire pour le gouvernement russe.

Mais de crainte d'une enquête du département du Commerce sur ses activités, certains des inculpés avaient demandé que son site internet soit modifié pour que n'y apparaissent pas ses liens avec l'armée russe.

Arrivé aux Etats-Unis en 1994, Fishenko avait obtenu la nationalité américaine en 2003. Depuis 1996, il voyageait régulièrement entre la Russie et les Etats-Unis.

Un autre inculpé, Alexander Posobilov, 58 ans, arrivé de Russie en 2001 avait lui aussi obtenu la nationalité américaine en 2008. Il travaillait pour Arc comme directeur commercial. Posobilov a été arrêté à l'aéroport de Houston, en route vers Singapour et Moscou.

Outre ces inculpations, les autorités américaines ont également mené des perquisitions au domicile de plusieurs des inculpés, et dans des locaux professionnels. Elles ont également saisi plusieurs comptes bancaires dans cinq banques, appartenant à Fishenko et Arc, selon la même source.

Arc et Apex sont également inculpées en tant qu'entreprises et risquent de très fortes amendes.

Les inculpés risquent de lourdes peines de prison. Parmi les principaux chefs d'accusation retenus contre eux figurent ceux de violation de la loi sur le contrôle des exportations d'armes, entrave à la justice et complot en vue de blanchiment d'argent.

bd/bdx

PLUS:afp