NOUVELLES

Tirs syriens en Turquie: le Canada appelle au calme, condamne l'attaque

03/10/2012 06:35 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Le Canada a appelé au calme mardi, redoutant une "escalade" de la violence après les tirs d'obus syriens qui ont fait cinq morts dans une localité frontalière turque, assurant Ankara de sa solidarité.

"Le Canada condamne avec force cette attaque par le régime d'Assad", a déclaré à la presse le ministre canadien des Affaires étangères, John Baird, estimant que "tous les pays doivent accroître la pression" afin que le président syrien Bachar al-Assad "parte".

"Nous présentons nos condoléances aux personnes touchées (par cette tragédie) et nous nous tenons aux côtés de la Turquie et de nos partenaires dans la région", a-t-il ajouté.

"Chaque pays a le droit de se défendre", a souligné le chef de la diplomatie canadienne, tout en affirmant: "Nous devons appeler au calme pour éviter une escalade". "J'espère que cela va rester un incident isolé", a-t-il dit.

Mercredi après-midi, plusieurs obus ont frappé le petit village turc d'Akçakale, situé juste en face du poste frontière syrien Tall al-Abyad, récent théâtre de combats entre les troupes fidèles au président syrien et les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL).

Selon le dernier bilan communiqué par le gouverneur de la province, Celalettin Guvenc, ce bombardement a détruit une maison du village et tué cinq personnes, dont une mère et ses trois enfants. Dix autres personnes ont été blessées, dont deux très grièvement.

La Turquie a riposté en bombardant des cibles en Syrie et a immédiatement réclamé une réunion d'urgence des 28 ambassadeurs de l'Otan en vertu de l'article 4 du traité de l'Atlantique Nord aux termes duquel tout pays de l'Alliance peut demander des consultations "chaque fois que, de l'avis de l'un d'eux, l'intégrité territoriale, l'indépendance politique ou la sécurité de l'une des parties est menacée".

sab/lor

PLUS:afp