NOUVELLES

Tirs syriens en Turquie: Washington "indigné" par le régime Assad "dévoyé"

03/10/2012 05:53 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Les Etats-Unis se sont dit mercredi "indignés" par les tirs d'obus depuis la Syrie contre une localité frontalière turque, jugeant qu'ils constituaient un "nouvel exemple du comportement dévoyé" du régime de Bachar al-Assad.

"Nous sommes indignés que les Syriens aient tiré de l'autre côté de la frontière (...) et nous déplorons les pertes en vies humaines du côté turc", a déclaré la secrétaire d'Etat Hillary Clinton lors d'un point de presse, après que les tirs eurent tué cinq personnes dans le sud-est de la Turquie

Ce nouvel incident entre la Turquie et la Syrie est "très, très dangereux", selon Mme Clinton, qui a fait part du "soutien" américain à Ankara au cours d'un entretien téléphonique avec son homologue turc Ahmet Davutoglu.

Lors de cette échange, "elle a promis le soutien déterminé des Etats-Unis à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de notre allié turc", selon la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

Pour le Pentagone, le bombardement constitue un nouvel exemple du "comportement dévoyé du régime syrien et de la raison pour laquelle il doit quitter le pouvoir", a estimé le porte-parole George Little.

Même tonalité à la Maison Blanche, qui "condamne fermement" le bombardement syrien et "déplore profondément les pertes humaines de Turcs innocents".

"Le régime Assad a infligé des souffrances inadmissibles à son propre peuple. Tous les pays responsables doivent montrer clairement qu'il est plus que temps pour Assad de partir, de décréter un cessez-le-feu et d'entamer un processus de transition politique qui aurait dû débuter depuis longtemps", affirme dans un communiqué le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain (NSC), Tommy Vietor.

Mercredi après-midi, plusieurs obus ont frappé le petit village turc d'Akçakale, situé juste en face du poste frontière syrien Tall al-Abyad, récent théâtre de combats entre les troupes fidèles au président syrien et les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL).

Selon le dernier bilan communiqué par le gouverneur de la province, Celalettin Guvenc, ce bombardement a détruit une maison du village et tué cinq personnes, dont une mère et ses trois enfants. Dix autres personnes ont été blessés, dont deux très grièvement.

La Turquie a riposté en bombardant des cibles en Syrie et a immédiatement réclamé une réunion d'urgence des 28 ambassadeurs de l'Otan en vertu de l'article 4 du traité de l'Atlantique Nord aux termes duquel tout pays de l'Alliance peut demander des consultations "chaque fois que, de l'avis de l'un d'eux, l'intégrité territoriale, l'indépendance politique ou la sécurité de l'une des parties est menacée".

A l'issue de la réunion qui a duré un peu moins d'une heure, l'Alliance atlantique a appelé la Syrie à "mettre un terme à ses violations flagrantes du droit international" et réaffirmé sa solidarité avec la Turquie.

bur-mra/jca

PLUS:afp