NOUVELLES
03/10/2012 05:56 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Série d'attentats à Alep, au moins 40 morts en majorité des militaires (ONG)

Au moins 40 personnes, en majorité des militaires, ont été tuées et 90 autres blessées dans une série d'attentats à la voiture piégée qui ont secoué mercredi le centre d'Alep, deuxième ville de Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"La plupart des morts et des blessés sont des membres des forces gouvernementales. Les explosions ont visé le club des officiers et des barrages de l'armée régulière", a indiqué l'ONG, en citant des sources médicales.

Deux voitures piégées ont explosé après des affrontements entre des rebelles et gardes du club des officiers, selon l'ONG qui se base sur un large réseau de militants.

La télévision officielle al-Ikhbariya a fait état de son côté d'un bilan provisoire de "31 morts et de dizaines de blessés".

"Le bilan pourrait s'alourdir car il y a beaucoup de blessés graves", a précisé à l'AFP un responsable de la ville sous le couvert de l'anonymat.

Deux voitures piégées ont d'abord explosé à une minute d'intervalle, dans deux rues proches du club des officiers donnant sur la célèbre place Saadallah al-Jabiri, au coeur d'Alep (nord), a affirmé une source militaire à l'AFP.

Une troisième voiture piégée a explosé à 150 mètres de la place, dans le quartier de Bab Jnein, à l'entrée de la vieille ville.

Sur la place Saadallah al-Jabiri, le correspondant de l'AFP a vu, près du club des officiers, une partie de la façade d'un hôtel détruite et les deux étages d'un café effondrés. Un blessé avait le visage couvert de sang.

"On a entendu deux explosions énormes, c'est comme si les portes de l'enfer s'ouvraient", a raconté à l'AFP Hassan, un employé d'hôtel de 30 ans.

"Je suis sorti, j'ai vu une fumée épaisse puis je suis venu en aide à une femme, grièvement blessée aux bras et aux jambes", a-t-il ajouté.

"J'ai retiré des décombres un enfant de moins de dix ans qui a perdu une jambe", a indiqué de son côté un commerçant dont l'échoppe est située à une rue du club des officiers et qui s'est précipité vers l'endroit de l'explosion après les déflagrations.

Les nombreux bâtiments gouvernementaux situés dans le secteur ont été fermés.

La chaîne al-Ikhbariya a montré au moins deux immeubles totalement détruits sur la place et des corps ensanglantés recouverts de débris et de poussière évacués. "Il y a encore des gens vivants sous les décombres", hurlent des hommes sur les images diffusées par la télévision.

str-ram/vl

PLUS:afp