NOUVELLES

Rappel de boeuf : la Chambre des communes débat à la demande de l'opposition

03/10/2012 05:32 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

OTTAWA - Les membres du Parlement ont pris part à un débat urgent, mercredi soir, sur ce qui est décrit comme étant le plus grand rappel alimentaire de l'histoire canadienne.

Le président de la Chambre, Andrew Scheer, a accepté la demande de l'opposition pour que se tienne un débat spécial sur le rappel massif de boeuf contaminé en provenance d'une usine de l'Alberta.

Toute la semaine, les députés de l'opposition ont critiqué la gestion de la crise par le gouvernement Harper.

Ils prétendent que les récentes coupes budgétaires à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) ont aggravé la situation.

Le gouvernement affirme plutôt qu'il a augmenté le nombre d'inspecteurs des aliments et resserré les normes de protection.

C'est trop peu, trop tard, a affirmé le député libéral Frank Valeriote. M. Valeriote a exhorté le gouvernement à ordonner une évaluation indépendante des ressources dont a besoin l'ACIA pour accomplir son travail.

«Nous avons certains des meilleurs inspecteurs dans le monde, mais leur travail est affecté par le manque de ressources. Ils sont incapables de remplir leurs fonctions. Nous avons eu la démonstration que l'industrie peut travailler en partenariat, mais qu'elle ne peut plus être laissée à elle-même.»

La bactérie E. coli a été détectée pour la première fois le 4 septembre à l'usine de XL de Brooks, en Alberta. Il a toutefois fallu attendre 12 jours avant que l'ACIA ne commence à rappeler certains produits de boucherie.

Depuis, quelque 1500 produits XL distribués un partout au Canada et aux États-Unis ont fait l'objet d'un rappel. Vendredi dernier, l'agence a décidé de fermer temporairement l'usine de Brooks.

Le secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture Gerry Ritz, Pierre Lemieux, a défendu le gouvernement en énumérant ce qu'il a appelé les faits de la réponse du gouvernement à l'épidémie.

«L'Agence canadienne d'inspection des aliments a agi pour contenir les produits contaminés dès le 4 septembre, et elle n'a pas cessé depuis», a dit M. Lemieux.

«L'usine XL ne sera pas autorisée à rouvrir jusqu'à ce que l'Agence canadienne d'inspection des aliments certifie sa sécurité.»

M. Lemieux a aussi répété que le gouvernement a engagé quelque 700 agents supplémentaires depuis 2006, dont 170 inspecteurs des viandes. Selon M. Lemieux, le gouvernement a augmenté le budget de l'agence de 156 millions $, soit une augmentation de 20 pour cent.

PLUS:pc