La police de la ville de Krabi, en Thaïlande, a décidé de clore le dossier de la mort des soeurs Audrey et Noémi Bélanger, mortes empoisonnées dans des circonstances nébuleuses en juin dernier, lors d'un voyage en Thaïlande.

Selon le quotidien Phuket Gazette, qui cite un lieutenant colonel de la police de Krabi, l'affaire serait désormais classée. Toutes les enquêtes et les recherches de témoins liés à cette triste affaire sont également interrompues, selon le journal thaïlandais.

« L'ambassade canadienne et la famille des victimes nous ont demandé de ne rien révéler sur cette affaire », a déclaré au Phuket Gazette le lieutenant-colonel Jongrak Pimthong.

L'officier a cependant confirmé au journal que la cause de la mort des Québécoises demeure « inconnue » dans le rapport de la police.

Des morts suspectes

Noémi Bélanger, 20 ans, et sa soeur Audrey, 26 ans, originaires de Pohénégamook, dans le Bas-du-Fleuve, ont été retrouvées sans vie le 15 juin dernier dans leur chambre d'hôtel de l'île touristique de Phi Phi, en Thaïlande.

La mort mystérieuse des deux jeunes Québécoises avait donné lieu à une série de spéculations allant d'une mort subite provoquée par allergie à l'oeuvre d'un tueur en série.

Dans la chambre d'hôtel des victimes, les enquêteurs avaient retrouvé les corps dans leur lit ainsi que des traces de vomissures. Mais on n'avait pas découvert de trace d'entrée par effraction, de lutte, de violence, ni d'indice suggérant qu'elles avaient été assassinées.

La porte de leur chambre était également toujours verrouillée de l'intérieur lorsque les policiers sont arrivés.

Selon le quotidien thaïlandais, la police abandonne également les recherches pour retrouver un homme qui a été filmé par une caméra de surveillance de l'hôtel en compagnie des soeurs Bélanger, le soir de leur mort.

Empoisonnées au DEET

D'après le rapport de l'autopsie effectuée sur les corps des deux jeunes Québécoises à l'Hôpital Ramathibodi de Bangkok, Audrey et Noémie ont succombé à une intoxication au DEET, un puissant insecticide. Pour qu'il soit fatal, les deux femmes ont cependant dû en ingérer une bonne quantité.

Selon la police thaïlandaise, l'insecticide découvert dans le corps des deux femmes aurait pu se retrouver dans une boisson illégale répandue dans le pays.

Il existe en effet en Thaïlande un cocktail très populaire auprès des jeunes pour ses effets euphorisants. Le mélange est composé de sirop contre la toux, de Coca-Cola, de feuilles de kratom et de DEET.Un dosage trop élevé de DEET dans des boissons que les deux jeunes femmes auraient consommées le soir même dans un bar local avec des amis brésiliens aurait donc pu leur être fatal.

La mort mystérieuse de Noémi et d'Audrey Bélanger suscite beaucoup d'émoi et de questions de la part de leurs proches en raison notamment de la mort en 2009 d'une Américaine de 27 ans et d'une Norvégienne de 22 ans dans les mêmes circonstances, au même endroit.