Huffpost Canada Quebec qc

Maroc: le gouvernement veut stopper le «navire pour l'avortement»

Publication: Mis à jour:
MAROC AVORTEMENT
Getty Images

Le ministère marocain de la Santé a demandé mercredi aux "autorités concernées" d'intervenir afin d'empêcher le "navire pour l'avortement" d'une ONG néerlandaise de proposer cet acte médical illégal dans le royaume, où le bateau dit vouloir accoster jeudi dans la journée.

Le Mouvement collectif pour les libertés individuelles (Mali), une association marocaine à l'origine de l'initiative, a indiqué que le navire devait arriver "au port de Smir jeudi 4 octobre à 13H00" (13H00 GMT). Cette ville se trouve sur la côte septentrionale du Maroc, en Méditerranée.

Dans une première réaction officielle, le ministère de la Santé, se disant "premier responsable de la santé des citoyens et du système de santé", a souligné n'avoir "jamais été informé de cet événement" et n'avoir "autorisé aucune partie ou médecin non résident au Maroc à effectuer" une telle intervention.

"Le ministère appelle les autorités concernées à faire le nécessaire pour veiller à l'application de la loi", a-t-il ajouté dans son communiqué, publié par l'agence de presse marocaine MAP.

L'ONG néerlandaise "Women on waves" veut proposer pendant une semaine des avortements à bord de son bateau au large du Maroc, un acte médical illégal mais répandu dans le royaume.

C'est la première fois que l'ONG entend mener ce type d'action dans un pays musulman, qui plus est dirigé par un gouvernement à majorité islamiste.

Elle a déjà conduite des actions similaires au large de l'Irlande, de la Pologne, du Portugal et de l'Espagne, provoquant à chaque fois des protestations de groupes opposés à l'avortement.

Dans un communiqué diffusé lundi, l'ONG avait assuré être en mesure de fournir aux femmes des avortements médicaux légaux jusqu'à 6,5 semaines de grossesse, en vertu du droit néerlandais, en naviguant dans les eaux internationales. Il s'agit d'avortements médicamenteux, sans opération.

Au Maroc, l'avortement est illégal mais il est pratiqué clandestinement par 600 à 800 femmes par jour, selon des estimations.

gk/phs