NOUVELLES

Les coupes dans le système médical de l'armée sont irresponsables, dit le NPD

03/10/2012 08:42 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

OTTAWA - Le gouvernement conservateur s'est retrouvé sur la défensive, jeudi, en raison des critiques formulées au sujet des réductions imminentes dans les dépenses de l'armée.

Les néo-démocrates à la Chambre des communes ont accusé le gouvernement «d'emprunter une route de coupes irresponsables» en demandant au système médical de l'armée de faire sa part pour le plan de réduction du déficit.

Le leader du gouvernement au Sénat a détourné les attaques de l'opposition en citant une étude qui suggère que le budget la Défense nationale pourrait facilement être amputé de 2,5 milliards $.

Ce sont des documents révélant qu'un ancien chirurgien général de l'armée a dû se battre bec et ongles pour éviter que son budget soit réduit au printemps dernier qui ont généré le plus de réactions contre le gouvernement.

Le commodore Hans Jung aurait rencontré son supérieur immédiat pour empêcher ces coupes, selon des documents obtenus par La Presse Canadienne.

Ces révélations ont soulevé la colère d'une députée néo-démocrate du Québec, Christine Moore, une infirmière et ancienne membre de l'armée.

«N'ont-ils pas honte? Pourquoi couper dans les prestations de soins de santé des soldats canadiens?», a-t-elle demandé à la Chambre des communes.

Cent millions de dollars ont été ajoutés aux soins médicaux militaires depuis l'arrivée des conservateurs au pouvoir en 2006, a indiqué le ministre de la Défense, Peter MacKay.

Selon le ministre, ces augmentations ont porté à plus de 400 millions $ le budget du système de santé de l'armée.

«Nous avons atteint un sommet historique en matière de services de santé offerts aux membres des Forces canadiennes, particulièrement en matière de santé mentale», a répondu M. MacKay.

PLUS:pc