NOUVELLES

Le NPD demande aux conservateurs d'abolir le tribunal des anciens combattants

03/10/2012 10:27 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Les néo-démocrates ont présenté un projet de loi privé visant à éliminer un conseil, maintes fois critiqué, où les ex-soldats peuvent faire appel du refus du gouvernement fédéral de verser certaines prestations.

L'organisme d'examen est le problème numéro 1 auquel sont confrontés les anciens combattants, a indiqué Peter Stoffer, porte-parole du parti pour les anciens combattants.

Le tribunal est aussi perçu comme un endroit où les soldats doivent plaider pour ce qui leur revient de droit.

M. Stoffer assure que bon nombre d'anciens combattants se sentent comme s'ils venaient quémander quelque chose lorsqu'ils sont devant le tribunal.

Le tribunal des anciens combattants [révision et appel] a été au coeur de plusieurs plaintes et il prend parfois à la légère les anciens combattants qui s'y présentent.

L'hiver dernier, plusieurs anciens membres de l'armée ont dit avoir fait face aux commentaires irrespectueux des membres du tribunal lors de leurs audiences. L'agence s'est aussi retrouvée au coeur d'un scandale : un des membres du tribunal a déclaré que des informations médicales privées à son sujet avaient été dévoilées afin de le discréditer, puisqu'il penchait trop souvent du côté des anciens combattants.

Les conservateurs campent sur les positions

En soirée mercredi, le porte-parole de Steven Blaney, ministre des Anciens Combattants, a réagi aux intentions du parti de l'opposition.

« Le NPD veut couper un service offert directement aux vétérans en abolissant la possibilité d'une procédure d'appel indépendante. Nous sommes l'un des seuls pays au monde à offrir ce processus de révision indépendant et nous l'offrons gratuitement à nos vétérans », a déclaré Jean-Christopher de le Rue.

« Notre gouvernement entend protéger ce droit fondamental des vétérans à bénéficier de cette procédure d'appel indépendante et nous continuerons à défendre leurs intérêts en protégeant et en améliorant les services qui leur sont offerts », a ajouté M. de le Rue.


PLUS: