NOUVELLES
03/10/2012 10:48 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

«La voiture, c'était une bombe» - Tagliani

Alexandre Tagliani ne tient pas en place. Il attend le début de la prochaine saison, convaincu qu'il rivalisera avec les meilleurs. C'est ce qu'il a dit dans un long entretien à Radio-canada Sports.

Un texte de Philippe Crépeau

Pour sa première saison avec l'équipe Bryan Herta Autosport, il a fini 17e au championnat, avec comme fait saillant une pole position au Texas. Mais Tagliani a marqué beaucoup plus de points que ses 272 au classement. Malgré tous les soucis, financiers et techniques.

L'équipe a perdu un temps précieux en début de saison avec son partenariat avec Lotus et ses moteurs sous-performants, puis a dépensé beaucoup d'argent dans le passage au moteur Honda, qui a englouti tout le budget d'essais.

Malgré cela, avec le moteur Honda à partir d'Indianpolis, Tagliani a réussi à rouler aussi vite que les meilleurs, mais sans la réussite qui garantit des points au classement. Pas de quoi décourager le pilote du Québec.

« La chose qui m'a frappé, c'est le fait qu'on a été compétitif sur tous les circuits en tant qu'équipe, commence Tagliani en voyant le verre à moitié plein. On a réussi à passer au travers, disons, du plus gros des défis qu'une équipe puisse avoir à passer. À cause justement du changement de moteur, qui a fait reculer l'équipe au plan financier pour la poursuite de la saison au niveau des essais et du développement. »

« Ça m'a permis de marquer beaucoup de points vis-à-vis les autres équipes et vis-à-vis Bryan Herta, admet-il sans fausse modestie. Il a souvent répété qu'il était content d'avoir mis la main sur moi, qu'il me considérait comme un pilote sous-évalué, que je l'avais impressionné sur plusieurs pistes.

« Comme à Détroit, notre premier week-end avec Honda, se souvient-il. On est parti des puits, et on était en mission. On est remonté jusqu'à la 5e place. Un drapeau rouge m'a fait retomber à la 24e place. Et j'ai remonté 14 voitures en 9 tours pour finir 10e. Herta était impressionné. »

Une fois le moteur Honda bien intégré, l'équipe Bryan Herta Autosport a travaillé fort pour donner à Tagliani le maximum de performance.

« Je suis le seul à avoir participé à toutes les séances " Fast 6 " depuis Indianapolis jusqu'à Fontana (la dernière course de la saison), où j'ai raté le " Fast 6 " par un dixième, rappelle-t-il. Toutes les équipes avaient testé durant au moins une journée avant Fontana. Ganassi a testé durant 4 jours, Penske a testé durant 3 jours, Andretti a testé durant 2 jours. Nous, on est arrivé avec zéro tour d'essais. »

« Première pratique, problème de moteur, je n'étais pas capable de rouler à fond, j'ai manqué de rentrer dans le mur deux fois. On a changé les réglages. En qualifications, sur 4 tours, j'ai réussi le 6e temps. Bryan Herta "capotait". Il a dit : "Je n'ai jamais vu un gars avoir autant de courage. Sortir avec une voiture qui ne marche pas, et se qualifier 6e". »

En course à Fontana, Alexandre Tagliani a même réussi à prendre la tête, et rouler seul en tête, avant que le moteur Honda ne rende l'âme à 20 tours de l'arrivée.

Un bris mécanique crève-coeur pour toute l'équipe. Mais Tagliani se fait philosophe, car les coups d'éclat de la saison 2012 étaient inespérés compte tenu des moyens limités dont l'équipe disposait.

« La performance dans l'auto était là, la régularité en fin de course était là. Tout ce qui a manqué, c'est de capitaliser sur les épreuves où on avait une voiture supersonique. À Indianapolis, la voiture, c'était une bombe, on aurait dû gagner, estime-t-il. À Fontana, la voiture marchait, on aurait dû gagner. Quand tu fais 230 tours puisque tu es premier, et que personne ne peut te suivre, que personne ne peut venir te chercher, tu es en position de gagner. Mais le moteur a sauté. »

Des revers qui n'enlèvent rien à la manière. Et qui laisse présager le meilleur pour 2013.

Dans la suite de notre entretien, à paraître jeudi, Alexandre Tagliani parle de ses espoirs pour la prochaine saison.

PLUS: