NOUVELLES
03/10/2012 02:10 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Kenya: les médecins sont en grève pour une 17e journée

NAIROBI, Kenya - Les médecins des hôpitaux publics du Kenya étaient en grève pour une 17e journée mercredi, pour dénoncer l'état lamentable des soins de santé publics au pays.

Les salles d'urgence de certains hôpitaux publics manquent parfois de gants ou de médicaments, et les médecins doivent à l'occasion utiliser l'éclairage de leurs téléphones portables pour compléter leurs interventions lorsque des pannes de courant se produisent.

Le gouvernement kenyan a congédié 1000 des 2000 médecins grévistes la semaine dernière, en dépit d'une pénurie criante de personnel médical qualifié. Le gouvernement avait promis, l'an dernier, de mettre en place des réformes, en réponse à une autre grève des médecins.

Au moins deux patients sont morts après avoir été privés de soins depuis le début de la grève, affirment des responsables syndicaux, tandis que le gouvernement prétend que le réseau résiste bien à l'absence des grévistes.

Des pourparlers qui devaient avoir lieu cette semaine avec des représentants du ministère des Services médicaux ont échoué. Les médecins ont alors inondé les médias sociaux de leurs histoires d'horreur, comme ce médecin qui déplore qu'un accidenté de la route meure à l'hôpital en raison d'une pénurie d'équipements.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) affirme que le Kenya et plusieurs autres pays africains n'ont pas respecté l'engagement pris en 2000 de consacrer 15 pour cent de leur budget national à la santé d'ici 2010. Le Kenya, qui dispose de l'économie la plus robuste d'Afrique orientale, ne consacre que 6 pour cent de son budget aux soins de santé. En comparaison, le Rwanda y consacre 18 pour cent de son budget total.

Le Kenya dispose d'un médecin pour 6250 habitants, tandis que l'OMS recommande un ratio d'un médecin par 100 personnes.

PLUS:pc