NOUVELLES

HRW accuse les islamistes du Hamas de "torture et procès iniques" à Gaza

03/10/2012 06:26 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Human Rights Watch (HRW) a accusé le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza, de violations des droits de l'Homme à grande échelle, "y compris de torture et de procès inéquitables", dans un rapport publié mercredi.

"Les autorités du Hamas n'ont pas enquêté ni poursuivi les responsables de sécurité auteurs de violations, et ont en pratique accordé l'impunité aux responsables du Service de sécurité intérieure en particulier", déplore l'organisation de défense des droits de l'Homme.

"Des témoins ont relaté que la Sécurité intérieure, l'unité antidrogue de la police civile et la police civile torturent toutes les détenus", écrit-elle dans ce rapport de 53 pages sur le système pénal à Gaza, en faisant état de 147 cas de torture signalé en 2011 à une ONG de Gaza.

"Après cinq ans de gouvernement Hamas, son système pénal se caractérise par l'injustice. Il viole systématiquement les droits des détenus et accorde l'impunité à des services de sécurité abusifs", estime Joe Stork, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient, cité dans le document.

"Le Hamas devrait arrêter le type de violations que les Egyptiens, les Syriens et d'autres dans la région ont risqué leur vie pour faire cesser", ajoute-t-il.

L'organisation exhorte le Hamas à réformer rapidement le système pénal dans la bande de Gaza "pour cesser les arrestations arbitraires, assurer l'accès rapide des détenus à un avocat, mettre fin au jugement de civils par des tribunaux militaires, et faire assumer leurs responsabilités aux membres des services de sécurité qui violent les droits de l'Homme".

"Le rival du Hamas en Cisjordanie, l'Autorité palestinienne dominée par le Fatah, détient arbitrairement des Palestiniens dont des membres et sympathisants du Hamas et soumet de la même manière les détenus à la torture", affirme HRW, en notant que "la rivalité intrapalestinienne demeure un facteur significatif dans de nombreux abus du Hamas envers les détenus à Gaza".

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur du gouvernement du Hamas, Islam Chahwane, a dénoncé "un rapport politique par excellence dont tous les éléments reposent sur des suppositions et non des faits irréfutables".

Le ministère a "sanctionné 120 membres des forces de sécurité en 2011 par des peines de limogeage, de prison ou de dégradation", a-t-il dit à l'AFP. "Nous démentons catégoriquement toute torture dans les centres de détention, et nous l'avons prouvé en les ouvrant aux centres des droits de l'Homme, sans exception".

Selon HRW, "les pratiques abusives des services de sécurité du Hamas bafouent les normes humanitaires que le Hamas s'est engagé à protéger (...) ainsi que la loi".

Rappelant que "le Hamas est issu de la branche palestinienne des Frères musulmans", l'organisation appelle "les Frères musulmans égyptiens, dont la branche politique détient la présidence du pays, à faire pression sur les dirigeants du Hamas pour mettre fin à toutes les violations (...) qu'ils ont eux-mêmes subies sous le président Hosni Moubarak".

Selon un sondage publié en septembre par le Palestinian Center for Policy and Survey Research (PSR), 73,5% des personnes interrogées à Gaza estimaient ne pas pouvoir critiquer les autorités sans crainte.

bur-sst/agr/tp

PLUS:afp