NOUVELLES
03/10/2012 01:12 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Coca-Cola et Samsung retirent des publicités sur un site qui permet le piratage

HANOI, Vietnam - Les sociétés Coca-Cola et Samsung ont retiré leurs publicités d'un populaire site Web vietnamien, reconnu pour permettre le téléchargement illégal de chansons, marquant ainsi une importante victoire contre le piratage en ligne dans un pays où la tendance habituelle est au laisser-aller à ce niveau.

Les deux sociétés ont ainsi abandonné le site Zing.vn après que l'agence de presse Associated Press les eut averti des inquiétudes soulevées au Vietnam et ailleurs dans le monde à propos de ce site Web, qui arrive sixième dans la liste des sites les plus visités au Vietnam.

Les usagers de Zing, des jeunes bien au fait des nouvelles technologies, ont rendu le site Web attirant pour les compagnies qui souhaitent promouvoir leurs produits sur le marché asiatique, qui ne cesse de prendre de l'expansion et où 30 millions de personnes utilisent Internet.

Il demeure difficile de savoir si Coca-Cola et Samsung connaissaient le contenu du site ou s'ils ont plutôt choisi de l'ignorer.

En plus de l'américaine Coca-Cola et la sud-coréenne Samsung, de nombreuses multinationales ont placé des publicités sur Zing, notamment Canon, Yamaha, Intel et Colgate Palmolive. Dans un communiqué, le site vietnamien a indiqué qu'il ne commenterait pas l'affaire.

La présence de publicités de sociétés internationales contribue à bâtir la légitimité de Zing, mais elle choque les artistes vietnamiens, qui estiment que le site profite de leurs oeuvres sans leur offrir de compensation financière.

Lorsque l'Associated Press a communiqué avec Coca-Cola et Samsung, les deux sociétés ont assuré avoir retiré leurs publicités.

«Nous respectons et nous valorisons les droits de propriété intellectuelle, nous nous opposons à leurs violations, que ce soit par la copie illégale ou la distribution de matériel protégé par des droits d'auteur», a écrit Samsung dans un communiqué.

Coca-Cola a quant à elle affirmé avoir retiré ses publicités et ajouté qu'elle allait «réviser ses pratiques avant de prendre d'autres décisions».

Le contrôle des téléchargements illégaux est devenu une priorité pour l'industrie de la musique partout sur la planète, et la problématique devient de plus en plus difficile à gérer au fur et à mesure que les consommateurs s'habituent à obtenir leur musique gratuitement.

Le Vietnam a instauré des lois contre le piratage, mais il n'a pas réussi à les mettre en application, en permettant à des sites comme Zing de devenir des entreprises notables.

Les artistes vietnamiens peinent à faire de l'argent en vendant de la musique. Ils doivent désormais vivre avec la réalité des téléchargements illégaux et chercher des contrats promotionnels ou des commandites pour gagner leur vie.

PLUS:pc