NOUVELLES
02/10/2012 03:35 EDT | Actualisé 01/12/2012 05:12 EST

Washington envisage une intervention militaire au Mali

Les Américains étudient la possibilité d'une intervention militaire dans le nord du Mali contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Le quotidien Washington Post rapporte mardi que les autorités américaines étudient la possibilité d'effectuer des bombardements à l'aide de drones comme cela s'est produit au Pakistan, au Yémen ou en Somalie.

John Brennan, le principal conseiller du président Barack Obama pour l'antiterrorisme, évaluerait la situation avec le département d'État et le Pentagone, selon le quotidien.

« Ce ne devrait pas être une surprise que la Maison-Blanche organise des réunions sur toute une série de questions, dont des dossiers d'antiterrorisme. Le président a clairement énoncé son objectif de détruire le réseau d'Al-Qaïda et nous y oeuvrons tous les jours », a expliqué Tommy Vietor, porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

Cependant, le porte-parole du Pentagone, George Little, a indiqué que les États-Unis « n'envisagent pas à ce stade d'opérations militaires unilatérales au Mali ou dans la région ».

Le premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra a appelé samedi les Occidentaux, notamment la France, à intervenir militairement dans le nord du Mali en envoyant avions et forces spéciales.

Deux autres hauts responsables américains ont indiqué que l'attaque du consulat américain à Benghazi, en Libye, le 11 septembre, a renouvelé l'attention que les États-Unis portent à AQMI, soupçonnée de liens avec l'attentat.

Par ailleurs, Johnnie Carson, le secrétaire d'État adjoint américain aux Affaires africaines, a expliqué que les groupes armés liés à Al-Qaïda « sont responsables de terrorisme, d'enlèvements et de vols. » « C'est un problème qui doit être réglé par des moyens militaires et de sécurité », a-t-il ajouté, précisant que l'action militaire doit être « approuvée par ceux qu'elle va le plus toucher. »

Au printemps dernier, les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azaouad (MNLA) avait pris le contrôle du nord du Mali avec l'aide de groupes islamistes comme Ansar Dine, profitant de la déstabilisation du pays après lecoup d'Étatdu 21 mars à Bamako.

Mais en juillet, Ansar Dine a affirmé contrôler la région.

PLUS: