NOUVELLES
02/10/2012 09:04 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

États-Unis: une loi électorale controversée est suspendue en Pennsylvanie

HARRISBURG, États-Unis - L'application de l'une des plus sévères lois américaines sur l'identification des électeurs obligeant ces derniers à présenter une carte d'identité avec photo pour voter a été suspendue, mardi, alors qu'un juge a reporté l'entrée en vigueur de la controversée loi de la Pennsylvanie dans une décision qui pourrait aider le président Barack Obama dans un État clé.

La loi de cet État du nord-est américain, vieille de six mois, a provoqué d'intenses débats sur le droit de vote en prévision de l'élection présidentielle. Une dizaine d'États majoritairement contrôlés par les républicains ont durci leurs lois d'identification électorale depuis la dernière présidentielle, en 2008. Les États dont les lois sont les plus sévères — le Kansas et le Tennessee, entre autres — ne sont toutefois pas des États clés, ce qui rend leur impact sur la course imprécis.

Le juge Robert Simpson de la Cour du Commonwealth a ainsi suspendu l'entrée en vigueur de la loi de Pennsylvanie, affirmant qu'il n'était pas sûr que l'État avait suffisamment facilité l'obtention de pièces d'identité avec photo d'ici le 6 novembre.

Des sondages indépendants laissent entendre que M. Obama dispose d'une avance soutenue sur son opposant, le républicain Mitt Romney, dans cet État. Toutefois, les sondeurs ont déclaré que l'obligation de présenter une carte d'identité avec photo pourrait pousser plusieurs personnes, surtout de jeunes adultes, les Noirs, les Hispaniques, les personnes âgées, les pauvres et les handicapés à ne pas aller voter. Par le passé, un faible taux de participation en Pennsylvanie a favorisé les républicains.

La loi a provoqué d'importantes protestations, des avertissements en vue d'un chaos électoral et des campagnes de sensibilisation, alors que les opposants à la loi — démocrates, groupes de droits de la personne et syndicats — ont commencé à recueillir des témoignages de gens n'ayant pas de pièce d'identité avec photo et ayant fait face à d'importants obstacles pour en obtenir une­.

Cette décision du juge pourrait faire l'objet d'un appel en Cour suprême, mais il pourrait facilement s'agir du dernier rebondissement juridique dans ce dossier avant l'élection présidentielle du 6 novembre. Le jugement permet également à la loi d'entrer pleinement en vigueur l'an prochain.

PLUS:pc