NOUVELLES

Mexique, Colombie et Guatemala pressent l'ONU de revoir sa lutte anti-drogue

02/10/2012 06:51 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

Le Mexique, la Colombie et le Guatemala ont pressé mardi l'ONU de revoir sa stratégie de lutte contre la drogue, en appelant à l'organisation d'une conférence internationale sur le sujet.

L'ONU doit "revoir sans attendre son approche en matière de drogue, dans le but de stopper les flux d'argent provenant de (son) marché illégal", affirment ces trois pays dans une "déclaration" au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

"L'Organisation des nations unies doit s'atteler de manière urgente à ce problème", soutiennent ces trois pays, après des déclarations similaires de leurs dirigeants la semaine dernière à l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

"La délinquance transnationale organisée et notamment la violence qui se développe pour mener ces activités illégales représente un problème grave, qui compromet le développement, la sécurité et la coexistence démocratique dans tous les pays", expliquent-ils.

L'ONU doit "conduire une profonde réflexion pour analyser toutes les options possibles, y compris des moyens juridiques ou économiques, (afin d'empêcher) l'argent d'affluer vers les organisations du crime organisé".

Ils appellent à la réunion d'une "conférence internationale qui permettrait de prendre les décisions nécessaires pour donner une meilleure efficacité aux stratégies et instruments utilisés par la communauté internationale pour lutter contre la drogue et ses conséquences".

Selon des données officielles publiées par les Etats-Unis, 90% de la drogue en provenance de l'Amérique latine et à destination des Etats-Unis transite ou est stockée dans les pays d'Amérique centrale, devenue la région la plus violente au monde.

Au seul Mexique, la violence associée aux cartels de la drogue a fait plus de 60.000 morts en six ans, depuis que le président Felipe Calderon a lancé son offensive militaire contre les cartels.

mar/are/lor

PLUS:afp