NOUVELLES
02/10/2012 11:09 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

'L'Imposture', pour entendre la souffrance des femmes qui se prostituent

MONTRÉAL - «Il n'y a rien de normal à coucher avec n'importe qui» diront les femmes, parmi la cinquantaine, qui ont collaboré au documentaire de Ève Lamont. Pendant 96 minutes, elles racontent leur vie d'enfer à «Zone Doc / L'Imposture», le lundi 8 octobre, 22h35, à Radio-Canada, d'où les téléspectateurs sortiront plus humanisés que jamais à la cause des travailleuses du sexe.

La grande majorité d'entre elles ont grandi dans des familles dysfonctionnelles où l'alcool, la pauvreté, la violence et souvent l'inceste étaient monnaie courante. Très tôt dans leur vie, ces jeunes filles recherchent l'affection, la reconnaissance, la protection, des proies toutes désignées pour le plaisir des hommes. Sauf que, coucher demande du courage qu'on trouve dans la drogue et pour payer la drogue, il faut coucher un peu plus souvent et, moyennant un surplus, se prêter à des jeux dégradants, pervers, terriblement obscènes d'où elles ressortent définitivement salies. Malgré les anti-douleurs, les anti-dépresseurs, la drogue, elles ne parviennent pas à ignorer la honte, la culpabilité, la mésestime de soi. Ces femmes sont constamment en danger de mort imminente.

Elles ont dramatiquement besoin d'aide. Sans support physique, psychologique et financier, bien peu parviendront à reprendre le contrôle de leur vie, c'est clair. Et pourtant, elles ne demanderaient pas mieux que de sortir de cet enfer qu'elles n’ont pas choisi. La prostitution, «C'est le dernier recours, après, c'est la mort» dira l'une d'elles. Curieux tout de même que la société condamne les femmes qui se prostituent mais jamais les hommes qui les «consomment».

Dans le ventre du camion rouge

Chaque jour, dans les rues de la ville, on les entend, on les voit passer à toute vitesse: les pompiers. À chaque appel, ils se précipitent vers l'inconnu, le danger, dans l'urgence de sauver des vies, prêts à tout moment, à faire face à n'importe quelle situation.

Et pour être efficace, il faut être bien outillé d'où l'importance du camion adapté aux besoins du quartier qu'il dessert. Incroyable la recherche et les transformations que nécessitent le perfectionnement du camion de pompier et de tout l'équipement devant assurer l'efficacité et la sécurité des hommes. Tout est pris en considération, le poids du boyau d'arrosage, les cadrans permettant la lecture de la pression du débit d'eau, le système d'alarme (Man Down) lié à la bombonne d’oxygène que portent tous les pompiers les prévenant aussi d'une chaleur trop intense, les habits (bunker) qui doivent les protéger du feu et de la chaleur sans trop ajouter au poids.

Quand Gildor Roy, l'animateur de «Les Grands Défis», revêt le bunker et doit manipuler le boyau au jet sous pression (strim), il comprend pourquoi les pompiers doivent constamment se tenir en grande forme, d'autant plus que leur vie dépend des uns et des autres. Et il n'y a pas que les incendies, on requiert également leurs services à titre de premiers répondants auprès de personnes malades, accidentées ou en difficulté, quand des ponts, des rues ou des murs s'effondrent et combien d'autres catastrophes. À Historia, «Code rouge», le lundi 8 octobre, 20h.

Rompre

Des personnalités du monde littéraire et cinématographique parlent de leurs expériences de «désamour». D'abord, quand et pourquoi celui ou celle qui a, un jour, enflammé leur cœur, est-il (elle) devenu(e) persona non grata? Certains diront parce que l'amour s'est éteint graduellement, son ricanement ou sa manie de piquer dans l'assiette de l'autre qui les a fait craquer, les insupporte dorénavant, sans qu'on sache trop pourquoi. Mais rompre n'est pas chose facile, du moins pour plusieurs. C'est ce dont il est question à «Télé Réalité / La Rupture», le mardi 9 octobre, 21h, à TV5.

En octobre 1962, le pape Jean XXIII rapatriait 2500 évêques à Rome pour le concile Vatican II, dans le but de moderniser son Église. Revoir le rôle des femmes dans l'Église, le célibat des prêtres et la contraception étaient déjà à l'ordre du jour, il y a 50 ans. Si rien n'a changé dans le positionnement de l'Église, c'est que depuis tout ce temps, la population ecclésiastique est divisée en deux clans: les pères conciliaires qui souhaitent la modernisation en allant de l'avant et ceux qui sont convaincus que rien ne doit bouger dans la maison de Dieu sous peine de courir à sa perte. «La guerre perdue du Vatican» dans sa version intégrale, le jeudi 11 octobre, 20h, à RDI.

Gloria (Geneviève Boivin-Roussy) arrive chez Agua, ce qui ne réjouit ni Kathleen (Maxim Roy), ni Charles (Stéphane Demers). Même Samuel (Guy Nadon) s'en trouvera incommodé quand la nouvelle venue découvrira l'infidélité de son père. Le bonheur de Louisa (Marilyse Bourke) s'assombrit lorsqu'elle soupçonne David (Ron Lea) de se désintéresser de l'éventuelle venue d’un enfant. Du côté du couple Philippe (Louis-David Morasse) et Mina (Noémie Godin-Vigneau), le tête à tête soulignant leur anniversaire de mariage les confronte à un constat troublant. «O’», à TVA, le mardi 9 octobre, 20h.

À RADIO-CANADA: quel est donc ce drame vécu par Stéphanie (Hélène Florent), enfoui au plus profond d'elle-même et dont Michel (Daniel Parent) voudrait la libérer? Isabelle (Geneviève Rochette) prend l'initiative de présenter son amoureux (Jean L'Italien) aux enfants bien que Jacques (Jeff Boudreault) s'y oppose, à «La Galère», le lundi 8 octobre, 21h. A «Une heure sur terre», le vendredi 12 octobre, 21h, on présente «Les dernières heures de Ben Laden». Ce documentaire rapporte chronologiquement les événements qui ont précédé la fin d'Oussama Ben Laden, tel qu'on l'a présenté au président Barack Obama.

À TÉLÉ-QUÉBEC: à «Planète bleue» on cherche à connaître «La vérité sur les lions», les seuls félins sauvages à vivre en groupe, ce samedi, 19h. Sous le thème des «Révélations», Naomi, Amérindienne de la réserve Uashat, étudie la littérature à Québec dans le but de devenir enseignante. Mais, pour l'instant, elle vient de publier un premier roman qui raconte, dans toute sa vérité, la vie sur la réserve. On rencontre également, à Montmagny, Stéphane et Jessy, d'abord en couple avec des femmes, qui ont eu le courage de leurs sentiments véritables et ont décidé de se marier, à «Quand la vie nous arrive», le mardi 9 octobre, 19h30.

À RDI: ce samedi, 21h30, on diffuse le résumé de la semaine de la «Commission Charbonneau» pour ceux et celles qui n'auront pas eu le temps de suivre les développements au jour le jour. À compter du vendredi 12 octobre, 20h, à «Personnalités», on trace le portrait de Bill Clinton en quatre épisodes, un homme qui a marqué son époque à titre de président des États-Unis et dont les grandes réalisations ont été aussi poivrées par de nombreux scandales.

À ARTV: revoir Jean-Pierre Ferland aux «Noces d'or de l'Album Jaune», dans le cadre des FrancoFolies 2011, c'est possible ce dimanche, 20h30. Le mercredi 10 octobre, 23h, Stéphan Bureau s'entretient avec Benoîte Groult, l’écrivaine, aujourd’hui âgée de 89 ans et toujours engagée dans l'action, dont les romans (La part des choses, Ainsi soit-elle, Le féminisme au masculin) ont élargi considérablement l'horizon des femmes.

À MUSIMAX: durant deux heures, on accompagne Paul McCartney dans les rues de New York, après la destruction du World Trade Center, en 2001. Lors de cette période de l'après-tragédie, l'ex-Beatle se préparait à participer à un concert caritatif, The Concert for New York City, dont on suit les préparatifs, à «The Love We Make», le vendredi 12 octobre, 20h.

À SUPER ÉCRAN: unanimement apprécié des critiques de la scène culturelle, Daniel Lemire soulignait ses 30 ans de carrière avec un spectacle vu par plus de 100 000 spectateurs. En exclusivité, le lundi 8 octobre, 19h30, les téléspectateurs pourront, à leur tour, apprécier l'humoriste qui fait sa propre analyse de l'actualité, présente quelques solutions à nos nombreux problèmes sociaux, présente différents sketches et ramène Oncle Georges, un charlot d'expérience qui n'a rien perdu de son mordant.

PLUS:pc