NOUVELLES
02/10/2012 05:42 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

Le majordome du pape clame son innocence lors de son procès au Vatican

CITÉ DU VATICAN, État de la Cité du Vatican - Paolo Gabriele, l'ancien majordome personnel de Benoît XVI, a déclaré mardi devant le tribunal du Vatican qu'il était innocent du vol de documents confidentiels dans les appartements privés du pape, à l'origine de fuites révélant des secrets du Saint-Siège, même s'il a reconnu ses aveux antérieurs.

Interrogé par son avocate Cristiana Arru, Paolo Gabriele a déclaré: «Je me déclare innocent de l'accusation de vol aggravé. Je me sens coupable d'avoir trahi la confiance du Saint-Père, que j'aime comme un père.»

L'ancien majordome, âgé de 46 ans, a été arrêté le 23 mai à son domicile au Vatican, en possession d'une «montagne de documents» confidentiels, selon les enquêteurs. Il est accusé d'avoir dérobé puis photocopié différents écrits exposant au grand jour des querelles intestines, des luttes de pouvoir sans merci, mais aussi des faits de corruption présumés au plus haut niveau du Saint-Siège. Les fuites ont alimenté la presse italienne durant plusieurs mois.

D'après le procureur Nicola Picardi, Paolo Gabriele a expliqué lors d'un interrogatoire, au début du mois de juin, vouloir dénoncer «le mal et la corruption» au sein de l'Église. Motivé selon ses dires par l'Esprit saint, il se disait «certain qu'un choc, même médiatique, serait salutaire pour ramener l'Église sur le droit chemin».

Interrogé par le juge Giuseppe Dalla Torre sur cette confession, Paolo Gabriele a confirmé s'y tenir. Il a déclaré ne pas avoir eu de complices.

Outre l'ancien majordome, le tribunal a écouté les témoignages de quatre personnes, dont le secrétaire privé du pape, monseigneur Georg Gänswein. Celui-ci a déclaré qu'il avait commencé à avoir des suspicions vis-à-vis M. Gabriele lorsqu'étaient apparus dans le livre du journaliste Gianluigi Nuzzi, «Vatican S.A: Les archives secrètes du Vatican», trois documents qui n'avaient pu provenir que du bureau que Mgr Gänswein partageait avec Paolo Gabriele et l'autre secrétaire privé de Benoît XVI.

Le procès de l'ancien majordome doit reprendre mercredi, avec les témoignages de quatre membres de la police du Vatican qui avaient participé à la fouille de l'appartement de l'accusé.

Paolo Gabriele encourt quatre ans d'emprisonnement, mais la plupart des spécialistes du Vatican pensent qu'il recevra le pardon du pape s'il est jugé coupable.

PLUS:pc