NOUVELLES
02/10/2012 04:54 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

L'animateur britannique Jimmy Savile aurait agressé sexuellement des enfants

LONDRES - L'excentrique animateur de télévision britannique Jimmy Savile, mort l'an dernier à l'âge de 84 ans, fait l'objet d'allégations de la part de plusieurs femmes, qui le dépeignent comme un prédateur sexuel.

Au Royaume-Uni, ces allégations posthumes ont eu l'effet d'une bombe — Jimmy Savile y est une légende —, mais elles n'ont pas été accueillies avec surprise.

D'après des collègues de celui qui a reçu le titre honorifique de Sir Jimmy, des rumeurs à ce sujet circulaient depuis un certain temps. La question qui demeure, donc, est celle de l'inaction de tous ceux qui ont été informés des ragots.

Selon Esther Rantzen, ex-journaliste à BBC et fondatrice de l'organisme ChildLine pour la protection de l'enfance, «Jimmy connaissait tout le monde», et c'est ce qui pourrait expliquer que les rumeurs aient été gardées sous silence.

Mme Rantzen ajoute que l'animateur mythique de «Top Of The Pops» était devenu une sorte «d'intouchable», un personnage «que personne n'osait critiquer».

Les allégations font l'objet d'un documentaire qui sera présenté mercredi sur la chaîne britannique ITV. L'émission «Newsnight» de la BBC avait travaillé sur un projet semblable à la fin de 2011, mais la chaîne avait choisi de ne pas le diffuser pour des «raisons éditoriales».

Le documentaire affirme que Jimmy Savile aurait agressé sexuellement des jeunes femmes dans sa Rolls Royce, dans sa maison mobile et dans les bureaux de la BBC. L'une des femmes interviewées raconte que Savile l'a agressée sexuellement à l'époque où elle étudiait à l'école Duncroft pour les élèves ayant des besoins particuliers, près de Londres. Une employée de la BBC rapporte quant à elle avoir vu l'animateur se comporter de façon indécente envers une jeune fille de 14 ans.

La BBC assure que personne n'a formulé d'allégations pendant que Jimmy Savile y travaillait.

«La BBC a mené des recherches approfondies dans ses dossiers afin de déterminer s'il y avait des traces de mauvaise conduite ou d'allégations de mauvaise conduite qui auraient pu être formulées contre Sir Jimmy lors de son passage à la BBC. Aucune preuve de ce genre n'a été trouvée», a déclaré le télédiffuseur public britannique dans un communiqué.

La famille de Jimmy Saville a condamné la «diffamation» contre un homme qui n'a plus la possibilité de se défendre.

«Ça ne fait même pas un an qu'il est mort et on parle d'histoires du genre», a déclaré le neveu de l'animateur, Roger Foster. «Je suis triste et dégoûté.»

Le réalisateur du documentaire, Mark Williams-Thomas, martèle quant à lui qu'il fallait «s'attaquer à ce sujet très sensible et permettre à ces femmes de parler, car leurs voix n'ont pas toujours été entendues lorsqu'elles étaient des enfants».

Dans l'avis de décès de Jimmy Savile publié dans le «Daily Telegraph», on lisait qu'il était «un ornement excentrique à la vie des Britanniques», «connu pour sa chevelure platine, ses pantalons de survêtement aux couleurs criardes, ses gros bijoux dorés et ses cigares».

Le prince Charles et des milliers d'admirateurs avaient rendu hommage à Jimmy Savile après sa mort, en octobre 2011.

Sir Jimmy se targuait d'avoir organisé la première soirée disco du Royaume-Uni et d'avoir été le premier «disc-jockey» à utiliser deux plaques tournantes, des revendications qui ont cependant été maintes fois contestées.

L'éternel adolescent a été le premier animateur du décompte musical «Top of The Pops», présenté à la BBC de 1964 à 2006. L'émission a vu passer de grands artistes, notamment les Rolling Stones et les Sex Pistols.

Dès 1975 et pendant près de 20 ans, Jimmy Savile a aidé des enfants a réaliser leurs rêves dans l'émission de télévision «Jim'll Fix It».

PLUS:pc