NOUVELLES
02/10/2012 10:04 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

Débat présidentiel: Obama doit éviter toute erreur pour conserver son avance

HENDERSON, États-Unis - Fort de l'avance que lui donnent les sondages sur son adversaire républicain dans les États où le scrutin s'annonce serré le 6 novembre, Barack Obama va surtout essayer de ne pas commettre d'erreur majeure lors du premier débat présidentiel, mercredi. Mais il est sûr d'affronter un adversaire combatif, Mitt Romney devant profiter de cette tribune médiatique pour renverser la vapeur à cinq semaines de l'élection.

Les démocrates et les républicains reconnaissent que le premier débat de la campagne présidentielle bénéficie traditionnellement au rival du président sortant, dont la stature a tendance à se renforcer aux yeux de beaucoup d'électeurs, simplement par le fait qu'il apparaît dans le cadre de cet exercice officiel.

Cherchant à atténuer cet effet, les collaborateurs de Barack Obama travaillent avec lui pour qu'il garde la maîtrise du débat, sans se montrer trop agressif.

Le président américain s'est isolé pendant trois jours au Nevada afin de se préparer intensivement pour le débat de mercredi soir. Il est accompagné par quelques-uns de ses principaux conseillers, qui l'entraînent pour qu'il évite de se lancer dans de trop longues explications comme il a souvent tendance à le faire.

Autre élément important: entraîner Barack Obama à avoir l'air calme et à garder une allure présidentielle quand il se fera critiquer par Mitt Romney.

L'équipe de Barack Obama a essayé de minimiser les attentes que l'opinion publique peut avoir du président. «Il a eu moins de temps pour se préparer que ce que nous avions prévu», a affirmé dimanche sa porte-parole de campagne, Jennifer Psaki. «Il est difficile de prévoir de longues plages de temps quand vous êtes le président.»

Ce que les conseillers de Barack Obama omettent de dire, c'est qu'en fait, il a eu tout le temps qu'il voulait pour se préparer, à la fois à la Maison-Blanche et lors de ses longs déplacements à bord d'Air Force One. Et ils ne rappellent jamais que seul leur candidat possède une expérience des débats présidentiels, même si Mitt Romney a disputé bien des face-à-face dans les primaires cette année et en 2008.

L'équipe démocrate a aussi essayé de mettre sous pression le candidat républicain, le présentant comme un excellent débatteur qui a remporté l'investiture républicaine en partie grâce à la manière dont il a dominé ses adversaires lors des débats des primaires.

Depuis un mois, Mitt Romney a passé au moins huit jours à se préparer pour les trois débats qui l'opposeront à Barack Obama, mercredi à Denver, puis le 16 octobre à Hempstead, dans l'État de New York, et enfin le 22 octobre à Boca Raton, en Floride.

Les débats peuvent peser d'autant plus sur l'issue de la présidentielle qu'un nombre croissant d'États proposent le vote par anticipation, parmi lesquels sept des neuf États-pivots, dans lesquels Obama se trouve en tête des sondages. L'Ohio, le plus important de ces États-pivots, a commencé à voter mardi.

Les deux candidats visent finalement le même objectif: ne pas avoir l'air sur la défensive quand ils feront l'objet de critiques qui ne leur semblent pas justifiées, tout en essayant de se mettre dans la peau de leur adversaire pour anticiper ses attaques et trouver la bonne réplique.

PLUS:pc