POLITIQUE
02/10/2012 06:46 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

Le maire Labeaume secoué par les révélations de Lino Zambito

PC

Le maire Régis Labeaume se dit troublé par l'ampleur des révélations faites par Lino Zambito au sujet de son homologue montréalais à la Commission Charbonneau. Le maire de Québec croit que la position de Gérald Tremblay est intenable.

Lino Zambito a affirmé lundi que le parti du maire de Montréal touchait 3 % du montant des contrats accordés par la Ville. Régis Labeaume a qualifié « d'épouvantable » cette déclaration. « Je ne voudrais pas être à sa place. Je ne sais pas comment on peut diriger une ville avec de telles allégations », a dit le maire de Québec, en marge du conseil municipal.

« Bon, peut-être qu'elles sont toutes fausses les allégations, mais, en tout cas, c'est un peu difficile de penser qu'elles sont toutes fausses. Je ne dis pas que le maire de Montréal est coupable, mais je ne sais pas comment il peut tenir », a-t-il ajouté.

Le maire Labeaume a aussi affirmé que son administration n'était pas touchée par un tel système « que ça l'étonnerait bien gros », a-t-il lancé. Le maire déplore toutefois que ce genre de révélations éclaboussent tout le monde municipal. Il admet que des risques de « collusion extérieure » existent. Régis Labeaume répète qu'un financement entièrement public des partis politiques serait souhaitable pour éviter toutes malversations.

« Quand on voit ça, on se dit que dans le fond, peut-être que les gouvernements et les villes seraient bien mieux financer eux-mêmes les partis politiques. Ça coûterait moins cher que des commissions comme ils se paient là. »

Le maire Régis Labeaume se dit convaincu qu'un système de financement public représenterait une économie puisque les partis n'ont pas besoin d'autant d'argent pour mener une campagne électorale.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les réactions au témoignage du jour de Lino Zambito
Construction: la (longue) marche vers une enquête