NOUVELLES
01/10/2012 07:39 EDT | Actualisé 01/12/2012 05:12 EST

Violents combats entre soldats et rebelles dans les souks d'Alep (AFP)

De violents combats entre rebelles et soldats se sont déroulés lundi pendant plusieurs heures dans les souks historiques d'Alep, deuxième ville de Syrie, a constaté le correspondant de l'AFP.

Les affrontements à l'arme automatique ont opposé les insurgés retranchés dans une partie des souks face à la citadelle, et des soldats positionnés à l'extérieur. Les combats ont baissé en intensité en début d'après-midi.

Classés au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, ces souks étaient déserts depuis que des échoppes ont été détruites par les flammes samedi.

Il est impossible d'évaluer pour le moment les dégâts en raison des combats d'une violence inédite qui se poursuivent depuis quelques jours.

Selon les marchands, il n'y a pas de présence de l'armée à l'intérieur des souks mais uniquement des rebelles. Les soldats tirent à partir de barrages positionnés à l'extérieur des souks, comme dans les quartiers historiques d'Aqaba, d'al-Awamid ou encore près de la mosquée des Omeyyades.

"Le plus grand problème, c'est qu'on ne sait rien de nos échoppes, tout ce qu'on sait, on l'apprend par le bouche à oreille", se lamente un marchand de ficelles qui estime sa marchandise à des millions de livres syriennes.

Classé au patrimoine de l'Unesco depuis 1986, avec la vieille ville d'Alep, les souks et leurs quelque 1.550 échoppes, dans la grande ville du nord de la Syrie, étaient depuis des siècles l'un des centres névralgiques du commerce au Moyen-Orient.

De vendredi à samedi, les boutiques aux portes de bois, remplies d'étoffes et de broderies, se sont rapidement consumées. Cinq de la quarantaine de ces marchés, comme le souk des femmes, celui de l'or ou encore celui des abayas, ont été entièrement détruits, selon des témoins sur place.

Ailleurs dans la ville d'Alep, de violents combats ont également éclaté à Sakhour (est) et Salahdeddine (sud-est), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans le centre-ville, près de la place Saadallah al-Jabiri, l'immeuble abritant le siège du gouverneur d'Alep a été la cible d'un tir au mortier, "provoquant la panique parmi les fonctionnaires qui ont été évacués du bâtiment", selon l'ONG.

Et dans le secteur Hanano City, dans l'est de la ville, deux civils ont été tués et des dizaines ont été blessés lorsqu'un obus tiré par l'armée syrienne s'est abattu devant une mosquée. Par la suite, des bombardements dans la même zone ont fait deux morts.

str-ram/sw

PLUS:afp