NOUVELLES
01/10/2012 07:16 EDT | Actualisé 01/12/2012 05:12 EST

Soupçons de match truqué dans le hand: chronologie de l'affaire

L'affaire des paris suspects dans le cadre de laquelle 17 personnes, dont l'icône du handball français Nikola Karabatic, ont été interpellées dimanche, a débuté le 12 mai avec une alerte sur des paris anormaux sur un match de Championnat de France perdu par Montpellier à Cesson-Sévigné.

12 mai: Montpellier, sacré champion de France pour la 13e fois en 15 saisons neuf jours plus tôt, se déplace à Cesson-Sévigné, 8e et pas encore assuré de son maintien. Privé de sept joueurs, dont cinq éléments majeurs blessés (Nikola et Luka Karabatic, Mladen Bojinovic, Vid Kavticnik et Samuel Honrubia), le club héraultais perd (31-28).

La Française des Jeux (FDJ) enregistre en quelques heures quelque 80.000 euros de mises sur le résultat à la mi-temps de la rencontre, des paris anormaux en raison de leur timing (aussi près du match), de leur montant et du type de paris. La FDJ alerte le Service central des courses et jeux (SCCJ) du ministère de l'Intérieur, spécialisé dans la surveillance et les enquêtes sur les jeux d'argent et de hasard en France.

18 mai: Cesson et Montpellier réagissent avec "stupeur" à l'annonce de la procédure lancée par la FDJ.

1er août: un juge d'instruction de Montpellier ouvre une information judiciaire sur cette affaire. Elle vise des faits "de corruption active et passive", mais aussi "d'escroquerie et de recel d'escroquerie" aux dépens de la Française des Jeux.

25 septembre: France 3 Languedoc-Roussillon révèle l'ouverture d'un information judiciaire sur le match.

Des sources judicaires confirment que des joueurs de Montpellier devraient être convoqués prochainement par les enquêteurs.

26 septembre: Le président de Montpellier Rémy Lévy reconnaît que l'entraîneur du club, Patrice Canayer, et lui-même ont été entendus par les policiers dans le cadre de l'enquête. Il annonce que le club va se constituer partie civile et prévient que les joueurs seront sanctionnés s'ils ont parié, ce qui leur est interdit.

27 septembre: Montpellier fait match nul (37-37) à Flensburg pour son entrée en lice en Ligue des champions.

Le site de paris en ligne Betclic annonce que Nikola Karabatic n'apparaîtra plus dans ses publicités, mais assure qu'il ne s'agit "pas d'une rupture de contrat".

28 septembre: Le président du club réaffirme qu'il prendra des sanctions, qui pourraient aller jusqu'au licenciement, "si le principe du pari était acté sans autre conséquence".

30 septembre: Nikola Karabatic, son frère Luka Karabatic et 15 autres personnes sont interpellés à Paris et Montpellier dans le cadre de l'enquête.

Les neuf joueurs, sept Montpelliérains et deux anciens joueurs du club transférés au PSG l'été dernier (Samuel Honrubia et Mladen Bojinovic), sont entendus par la police dans les vestiaires de la salle Pierre de Coubertin juste après la fin du match perdu par le MAHB contre le Paris SG (38-24). Ils sont ensuite placés en garde à vue dans les locaux du Service central des courses et jeux, à Nanterre.

Les autres interpellés sont des personnes de l'entourage des joueurs, dont les compagnes des frères Karabatic, ainsi que des personnes en charge de la distribution de produits de la Française des Jeux.

1er octobre: Les joueurs reconnaissent avoir parié sur le match Cesson-Sévigné - Montpellier, mais pas d'avoir truqué la rencontre, selon leurs avocats.

De même source, on indique que les gardes à vue pourraient être prolongées et que les personnes interpellées à Paris devraient être transférées mardi à Montpellier, à l'exception de la compagne d'un joueur qui, auditionnée dimanche, devrait être transférée lundi en fin de journée.

bur-gf/pga/jr

PLUS:afp