NOUVELLES
01/10/2012 06:05 EDT | Actualisé 01/12/2012 05:12 EST

Ottawa veut réduire la paperasse des entreprises

Le gouvernement fédéral a annoncé lundi les nouvelles mesures que l'Agence du revenu du Canada compte mettre en oeuvre afin de réduire la paperasse que doivent remplir les entreprises.

Ces mesures font suite aux doléances des chefs d'entreprises et aux recommandations de la Commission sur la réduction de la paperasse, présidée par le ministre d'État Maxime Bernier, qui avaient été remises en janvier dernier.

Plusieurs réformes seront mises en place à travers le pays, alors que d'autres seront propres à chaque ministère. À terme, le gouvernement fédéral souhaite éliminer 2300 formalités administratives qui irritent les gens d'affaires.

« Nous avons établi une règle d'un pour un. Si un ministre et un ministère veulent amener une nouvelle réglementation qui va affecter une entreprise, il va devoir, dans les deux ans qui vont suivre, éliminer un règlement du même coût administratif pour l'entrepreneur », donne pour exemple le ministre Bernier.

En plus de réduire le fardeau administratif des entreprises, les mesures, qui seront mises en place au cours des trois prochaines années, visent à améliorer les services qu'on leur fournit, à leur permettre de faire de meilleures prévisions à long terme et à faciliter les relations avec les organismes de réglementation.

En agissant de la sorte, le gouvernement pense qu'il pourra aider à la croissance économique du pays.

« Le temps que les entrepreneurs prennent à remplir des formulaires inutiles est un temps que l'entrepreneur ne prend pas pour créer des emplois, développer de la richesse et développer son entreprise. Donc il y a un coût énorme. Cette annonce-là fait partie du plan d'ensemble du gouvernement de faire en sorte que le Canada soit une place qui est accueillante pour les entrepreneurs », explique Maxime Bernier.

Selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, toute la paperasse que les PME canadiennes doivent remplir leur coûterait près de 30 milliards de dollars par année, dont 7 milliards au Québec.

PLUS: