NOUVELLES

Yémen: le congrès des sudistes boycotté par les partisans de Baid

30/09/2012 05:46 EDT | Actualisé 30/11/2012 05:12 EST

Le congrès du Mouvement sudiste, qui réclame l'autonomie du Yémen du sud, s'est ouvert dimanche à Aden sans la participation de l'importante faction de l'ancien vice-président Ali Salem al-Baid.

Le dirigeant sudiste Hassan Baoum a donné le coup d'envoi du congrès devant des milliers de personnes réunies Place des martyrs dans le centre d'Aden, la capitale du sud du pays.

Mais les partisans de M. Baid, qui vit en exil et qui représente l'aile dure du mouvement demandant l'indépendance du sud, ont boycotté les travaux en arguant que le congrès avait été mal préparé.

Dans un discours, M. Baoum a proclamé le refus des sudistes de l'"occupation du nord" et ajouté que le congrès allait s'atteler pendant trois jours à définir son programme pour une "lutte pacifique" pour l'autonomie du sud qui était un Etat indépendant avant sa fusion avec le nord en 1990.

M. Baoum n'a pas évoqué le dialogue national que le pouvoir central à Sanaa propose pour une entente politique après le départ de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, contraint de quitter le pouvoir en février dernier sous le pression de la rue.

Il a affirmé que l'aboutissemnt du soulèvement contre M. Saleh avait "déçu les espoirs" des sudistes qui en attendaient une reconnaissance de leurs revendications.

Les sudistes ont tenté de reconquérir leur indépendance en 1994 mais leur soulèvement a été écrasé dans le sang. Ils se plaignent de discriminations des nordistes et affirment que leur région est négligée par le pouvoir central.

Le 13 septembre, M. Baid avait annoncé à l'AFP avoir pris la décision de rentrer au pays afin de réclamer l'indépendance du sud du Yémen.

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi avait invité le 26 septembre les opposants en exil, notamment les dirigeants sudistes, à rentrer au pays mais à condition de "respecter la Constitution".

str/mh/tp

PLUS:afp