NOUVELLES
30/09/2012 10:03 EDT | Actualisé 30/11/2012 05:12 EST

Tour d'Italie - Le "chrono" pour séduire

Le Giro 2013 accordera une part plus importante aux contre-la-montre, la spécialité du Britannique Bradley Wiggins dont la présence au départ de Naples, le 4 mai prochain, est espérée par les organisateurs.

Le parcours, présenté dimanche à Milan, sera sensiblement plus équilibré que lors des précédentes éditions, favorables aux grimpeurs. Mais la montagne restera prédominante dans la course rose qui a adopté pour slogan d'être "la plus dure du monde dans le plus beau pays du monde".

"Nous sommes allés à l'écoute de tous, du public et des champions", a insisté son directeur Michele Acquarone dans un appel du pied déguisé à Wiggins, qui pourrait ainsi faire l'impasse, l'an prochain, sur le Tour de France dont il est le vainqueur 2012.

S'il vient au printemps prochain en Italie, le champion olympique du "chrono" aura en sa faveur quelque 75 kilomètres de contre-la-montre individuels (dont un exercice en côte) et, dès le deuxième jour de course, une spectaculaire épreuve par équipes sur l'île d'Ischia, site inédit pour le Giro.

La haute montagne sera concentrée à la fin des deuxième et troisième semaines. Avec d'abord le col français du Galibier, escaladé par son versant nord (si la météo le permet !), le plus pentu, jusqu'au sommet situé à 2645 mètres d"altitude. Puis, un diptyque dans les Dolomites, le Gavia et le Stelvio pour rejoindre le Val Martello, ensuite le San Pellegrino, le Giau et pour finir les Trois Cimes de Lavaredo à la veille de l'arrivée.

Au total, les grimpeurs disposeront de quatre arrivées au sommet en haute altitude, et de deux autres en moyenne montagne sur un parcours "dessiné pour que les champions aient la possibilité de s'exprimer", selon Michele Acquarone.

Sept étapes seront par conséquent favorables aux sprinteurs, dont le numéro un, le Britannique Mark Cavendish, a assisté à la cérémonie de présentation, tout comme les grimpeurs répertoriés que sont les Espagnols Alberto Contador et Joaquim Rodriguez.

Mais le Giro tient à faire découvrir aussi les beautés et le patrimoine du pays. Dans sa partie initiale, il s'attarde dans le Sud (Campanie, Calabre, Basilicate, Pouilles) malheureusement oublié en mai dernier. Par la suite, il rend hommage au grand compositeur Giuseppe Verdi en allant dans sa ville de naissance en 1813 (Busseto). Avant de se conclure le 26 mai à Brescia, au lieu de la traditionnelle arrivée à Milan.

jm/bvo

PLUS:afp