NOUVELLES

Bahreïn: 32 personnes poursuivies pour l'attaque d'un poste de police (agence)

30/09/2012 02:23 EDT | Actualisé 30/11/2012 05:12 EST

La justice bahreïnie a engagé des poursuites contre 32 personnes accusées d'avoir attaqué un poste de police dans le village chiite de Sitra, a indiqué dimanche l'agence officielle BNA.

"Le parquet a terminé ses investigations concernant l'attaque terroriste du poste de police lors de laquelle des cocktails Molotov ont été utilisés pour provoquer un incendie", a indiqué l'agence citant Mohamed al-Dosari l'adjoint du procureur général.

Le parquet a "renvoyé 32 suspects" devant la cour criminelle, a-t-il précisé, ajoutant que parmi eux 15 suspects étaient toujours recherchés et que des mandats d'arrêts avaient été délivrés à leur encontre.

La première audience de leur procès se tiendra le 18 octobre.

Les suspects sont accusé d'avoir "incendié des biens publics, transporté des cocktails Mototov (et) des couteaux", a ajouté BNA.

Ils ont été arrêtés à la suite d'informations sur l'attaque par une centaine de "hors-la-loi et d'émeutiers" d'un poste de police à Sitra avec des "cocktails Molotov, des barres de fer et des pierres, pour tenter de mettre le feu au poste et de mettre en danger la vie des policiers présents", a indiqué M. Dosari à BNA.

Les suspects ont reconnu avoir pris part à l'attaque au cours de leur interrogatoire, selon BNA.

L'agence n'a pas précisé la date des faits mais avait fait état le 26 août de l'attaque d'un poste de police à Sitra par 150 personnes armées de bombes incendiaires, dans laquelle un policier avait été légèrement blessé.

Bahreïn est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par des chiites, majoritaires dans la population, qui réclament une monarchie constitutionnelle dans ce pays dirigé par une dynastie sunnite.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), 80 personnes ont trouvé la mort depuis le début de la révolte.

Le ministère bahreïni de l'Intérieur a affirmé pour sa part que 700 personnes avaient été blessées, parmi lesquelles des officiers de police.

La cour d'appel de Bahreïn a confirmé début septembre de lourdes peines pour 13 opposants ayant joué un rôle de premier plan dans le soulèvement de 2011. Sept d'entre eux, dont le militant des droits de l'Homme Abdel Hadi al-Khawaja, ont été condamnés à la réclusion à perpétuité.

bur/lyn/sw/phs

PLUS:afp