La mort d'un soldat dans une fusillade dimanche porte à 2000 le nombre de militaires américains tués depuis le début du conflit en Afghanistan, en 2001.

Des échanges de tirs ont eu lieu entre les forces de l'OTAN et l'armée afghane, mais les motifs véritables demeurent plutôt obscurs. La Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) a parlé d'une « attaque de l'intérieur » avant de mentionner des tirs d'insurgés.

« Les circonstances sont confuses », a déclaré le général Adrian Bradshaw, vice-commandant de l'ISAF.

La fusillade a également fait trois morts dans les rangs de l'armée afghane.

Depuis le début de l'année, au moins 52 membres des forces de l'OTAN ont été tués par des soldats afghans ou des insurgés infiltrés.

« Honnêtement, je suis fou de rage », a indiqué le général John Allen, commandant de l'ISAF, pour l'émission 60 minutes de CBS.

La Maison-Blanche a assuré dimanche que la mission de l'OTAN se poursuivrait quand même en Afghanistan.

« Ces attaques n'affaiblissent en aucune manière l'engagement du président, l'engagement de nos hommes et de nos femmes en uniforme ou l'engagement de nos alliés à poursuivre et à achever avec succès la mission qui vise à mettre fin à la guerre en Afghanistan en 2014 », a déclaré le porte-parole adjoint de la présidence américaine, Josh Earnest.