NOUVELLES
29/09/2012 06:39 EDT | Actualisé 29/11/2012 05:12 EST

Le Parti libéral de l'Ontario se prononce en faveur du leadership de McGuinty

OTTAWA - Le premier ministre ontarien Dalton McGuinty a reçu l'appui de 85,8 pour cent des militants libéraux à l'occasion d'un vote de confiance sur son leadership, samedi, au congrès du Parti libéral de l'Ontario, à Ottawa.

M. McGuinty, qui dirige un gouvernement minoritaire depuis les élections générales de l'an dernier, a été reconduit dans ses fonctions de leader.

Il s'agit d'un meilleur résultat que celui obtenu par le chef des progressistes-conservateurs, Tim Hudak, qui n'a pu faire mieux que 78,7 pour cent en février, et que la chef des néo-démocrates ontariens, Andrea Horwath, qui a récolté un appui de 76,4 pour cent en avril.

Avant que les membres de son équipe ne dévoilent le résultat, le premier ministre a assuré ses partisans que même si la situation actuelle était instable, il était nécessaire qu'ils passent à travers la tempête pour garder le cap et venir à bout du déficit de 15 milliards $.

«Nous avons vécu des moments difficiles auparavant», a dit M. McGuinty, parlant de l'introduction de la taxe santé allant jusqu'à 900 $ par travailleur en 2004, ou l'harmonisation des taxes de vente en 2010.

«Voilà une nouvelle épreuve. Ce n'est pas le temps de nous arrêter. Il faut continuer à se battre pour les valeurs libérales ontariennes.»

Il faudra du temps avant que les travailleurs du secteur public comprennent qu'un gel des salaires est nécessaire pour protéger les services publics de la province, a-t-il ajouté après son discours d'une trentaine de minutes.

Les observateurs politiques s'attendaient à ce que M. McGuinty obtienne la faveur populaire, bien qu'il se soit fait plusieurs ennemis en s'attaquant aux salaires et conditions de travail des employés du secteur public, notamment en éducation et en santé.

Les principaux syndicats des enseignants et des travailleurs de l'éducation de la province sont, depuis cet épisode, en guerre avec M. McGuinty. Ceux-ci l'ont pourtant aidé à se faire élire lors des dernières élections.

Les syndicats s'opposent notamment à une nouvelle loi qui devrait permettre de réduire les avantages et de limiter les salaires des enseignants. La loi donnera aussi au gouvernement provincial le pouvoir de forcer des retours au travail à l'occasion de grèves ou de lock-out.

Une centaine de manifestants issus des syndicats d'enseignants ont tenu, samedi, des piquets de grève devant le centre de congrès d'Ottawa, où les troupes libérales étaient rassemblées.

Dalton McGuinty est chef du Parti libéral depuis 1996, et premier ministre de l'Ontario depuis neuf ans.

Malgré le ton optimiste de ce dernier, les libéraux n'ont pas eu beaucoup d'occasions de célébrer au cours de la dernière année.

Ils ont perdu leur majorité en octobre 2011, puis n'ont pas été en mesure de remporter le siège qu'il leur manquait pour reprendre cette majorité dans le cadre de deux élections partielles.

Le gouvernement libéral a également été secoué par plusieurs scandales de gestion, y compris l'annulation de la construction de deux centrales au gaz, au coût de 230 millions $.

PLUS:pc