NOUVELLES
28/09/2012 10:07 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Un prêtre à la retraite est soupçonné d'avoir assassiné ses deux femmes

LEBANON, États-Unis - Un prêtre à la retraite de la Pennsylvanie assure que ses deux épouses sont mortes de façon accidentelle. Les procureurs soutiennent qu'il ment et qu'il est un tueur.

Déjà poursuivi pour le meurtre de sa deuxième épouse, Arthur Burton est désormais accusé d'avoir également assassiné sa première femme, après qu'un jury eut conclu que ses blessures ne correspondaient pas à une chute en bas d'un escalier, ont annoncé les procureurs, vendredi.

Le procureur de district David Arnold a refusé d'avancer un motif, mais un rapport du jury indique que Schirmer, âgé de 64 ans, avait été infidèle envers sa première épouse, Jewel Schirmer, lors de leurs 31 années de mariage. Des documents déposés en cour précisent par ailleurs que le couple éprouvait des problèmes financiers.

L'avocat de l'accusé affirme que son client nie toute implication dans les deux affaires, en plus de diffuser une déclaration des trois enfants adultes de l'ex-prêtre et de Mme Schirmer soutenant que leur père est innocent de toutes les accusations.

Mme Schirmer, âgée de 50 ans, est morte à l'hôpital d'un traumatisme cérébral après une supposée chute. La police et les procureurs ont rouvert l'enquête après que son mari ait fait l'objet d'une enquête pour la mort, en 2008, de sa seconde épouse, Betty, dans les montagnes de Pocono. Les procureurs avancent que dans cette affaire, le mari a tué sa deuxième femme, puis mis en scène un accident de voiture pour maquiller le tout. Le procès doit débuter en janvier.

Le frère de Jewel Schirmer, Jonathan Behney, qui a longtemps suspecté des implications criminelles, a bien accueilli la décision d'accuser le prêtre à la retraite.

«Cela fait 13 ans que j'attends que ce jour arrive», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, aux côtés du procureur Arnold. «Il est temps que justice soit rendue.»

Le procureur du district a cependant fait savoir qu'il ne croyait pas que l'enquête initiale, en 1999, avait été bâclée, bien qu'il ait ajouté qu'aucune enquête n'était parfaite.

Arthur Burton Schirmer a longtemps affirmé qu'il était parti courir le 23 avril 1999, lorsqu'il est rentré chez lui pour découvrir le corps de sa première femme gisant dans son sang au bas des marches de l'escalier du sous-sol. Jewel Schirmer a souffert d'une fracture du crâne, ainsi que de blessures au visage, au corps, aux bras et aux jambes, selon un affidavit de la police. Le coroner n'a cependant pas indiqué, à l'époque, si sa mort était accidentelle ou un homicide, et l'enquête originelle a été interrompue après qu'un cardiologue qui a évalué le coeur de la victime en vue d'une transplantation eut déterminé qu'elle avait également subi une crise cardiatique.

Portant un regard neuf sur l'affaire, les enquêteurs ont fait appel à une firme de génie bioméchanique pour recréer la chute supposée de Jewel Schirmer dans les escaliers, en utilisant une poupée grandeur nature bourrée de capteurs, senseurs et autres instruments électroniques.

PLUS:pc