NOUVELLES
28/09/2012 04:19 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Un condamné à mort de Louisiane innocenté par l'ADN après 15 ans de prison

Un condamné à mort de Louisiane (sud) est sorti de prison vendredi après avoir été innocenté par des analyses ADN du viol et du meurtre de sa jeune cousine, au terme de quinze années dans le couloir de la mort, a-t-on appris auprès des autorités pénitentiaires.

Damon Thibodeaux, 38 ans, a "été libéré du pénitencier d'Etat de Louisiane cet après-midi vers 12H25 locales" (17H25 GMT) à Angola (Louisiane), a indiqué à l'AFP Pam Laborde, directrice de la communication des services pénitentiaires de Louisiane.

C'est le 18e condamné à mort innocenté par des analyses ADN aux Etats-Unis, selon le Centre d'information sur la peine capitale (DPIC). Le premier était Kirk Bloodsworth, libéré en 1993 après avoir été injustement condamné pour le viol et le meurtre d'une petite fille de 9 ans.

C'est le 300e détenu, toutes peines confondues, innocenté par des tests ADN, selon l'organisation Innocence Project, qui milite pour le développement de telles analyses.

"Cela montre le danger d'envoyer des innocents dans le couloir de la mort, alors que cela prend du temps de découvrir ces cas", a déclaré à l'AFP Richard Dieter, directeur du DPIC. "Si les exécutions sont précipitées et accélérées, nous allons passer à côté de tels cas", a-t-il prévenu.

Thibodeaux était entré dans le couloir de la mort le 24 octobre 1997, pour le viol et le meurtre, un an plus tôt, de sa cousine de 14 ans. Aucune date d'exécution n'avait été fixée, a ajouté Mme Laborde.

Il avait été condamné sur la seule base de ses aveux, obtenus après neuf heures d'interrogatoire, que les analyses ADN et l'enquête menées de concert par les procureurs et les avocats ont démenti, entraînant la levée de l'acte d'accusation, a indiqué, dans un communiqué, l'Union américaine de défense des libertés (ACLU), qui défendait l'accusé depuis 1998.

Depuis 2000, six personnes ont été innocentées du couloir de la mort de Louisiane, contre trois exécutions. "Les Louisianais devraient demander un moratoire sur les exécutions jusqu'à ce qu'ils soient certains qu'il n'y ait plus d'erreur judiciaire comme celle qui a été dévoilée aujourd'hui", a dit Denise LeBoeuf, de l'ACLU, dans un communiqué.

"Espérons que ce cas servira de modèle aux procureurs qui dans tout le pays qui cherchent à développer des équipes intègres pour revoir d'anciens dossiers", a ajouté Barry Scheck, de l'organisation Innocence Project dans le même communiqué.

chv/jca

PLUS:afp